Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Nov

Une place à prendre

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures étrangères

Une place à prendre

 

"Une place à prendre" de J.K. Rowling

 

Broché - 682 pages - 24 euros

 

Note : 18 /20

 

En partenariat avec PriceMinister

 

Quatrième de couverture :

 

Bienvenue à Pagford, petite bourgeade en apparence idyllique.

Un notable meurt.

Sa place est à prendre...

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Le soir de son anniversaire de mariage, Barry Fairbrother est victime d'une attaque cérébrale.

Si son décès bouleverse sa famille et ses amis, il réjouit cependant ses adversaires.

 

Dans le petit village de Pagford, Barry occupait une place importante au conseil paroissial. C'était un homme de conviction, qui se battait pour ses idées, qui n'hésitait pas à monter en première ligne et était respecté de beaucoup.

 

De quoi agacer fortement la vieille garde du village.

 

Le principal sujet de discorde du conseil était la cité des Champs. Cité où vivent des familles abimées, des familles pauvres. Cité qui représentait tout ce que haïssait une partie de Pagford mais que défendait bec et ongle Barry.

 

Aussi dès l'annonce de sa mort, ses adversaires décident de mettre sur le siège de Barry un des leurs afin de rayer une bonne fois pour toute tous les projets sociaux que Barry avait lancé.

 

La racaille ne passera pas par Pagford !

 

 

MON AVIS :

 

Il faut s'accrocher pour lire "Une place à prendre". Il faut avoir les reins solides.

 

Il faut oublier les pâquerettes, les petits oiseaux, les bonnes tartes qui sortent du four en sentant merveilleusement bon.... "Une place à prendre" plonge dans la réalité. Sans fioritures ni sans faux semblants.

 

Et vous entraine dans son sillage. Impossible de résister, même en le voulant très fort. Je suis restée bloquée sur mon livre.

 

Si au départ je répondais "oui j'aime bien c'est pas mal", très vite je suis passée à "nan mais c'est trop bien".

Et pour finir je ne pouvais plus arrêter.

 

Jolie surprise donc que ce roman.

Enfin quand je dis surprise, je me comprends. J'ai adoré les HP, j'aimais la façon d'écrire de Rowling et les personnages qu'elle nous avait offert, donc dans l'absolu pourquoi ne pas aimer celui ci ?

 

La surprise c'était plutôt que je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. Mais j'étais fort curieuse je ne le cache pas.

Et puis j'ai commencé à lire ici ou là de la part des journalistes que ce livre était mauvais, l'histoire creuse, les personnages pathétiques, le style pourri, que Rowling en faisait trop etc.....

 

Du coup forcément, je voulais encore plus le lire. Me faire ma propre idée.

Sur les blogs c'était soit l'amour soit la haine.

Mais j'ai vite arrêté d'aller voir ailleurs pour attendre l'arrivée de MON exemplaire.

 

Je pense que rarement un livre autant été autant attendu à fin de le descendre.

Faire une comparaison entre HP et Une place à prendre c'est aussi débile que faire une comparaison entre le chocolat et la choucroute.

 

Et passer à côté serait une grosse boulette.

Parce qu'il vaut clairement le détour. Je n'ai pas été déçue du tout, je me suis plongée de plus en plus dans ce roman au fil des pages.

 

J.K. Rowling s'attaque ici aux inégalités sociales, à l'injustice, à la vie de tous les jours et à l'hypocrisie.

 

Les propos, les images et les situations sont crus, brutes de décoffrage et je les ai pris en pleine poire.

 

Qu'est ce qui pourrait choquer ?

Les gros mots ? Qui n'en dit pas ?

Des ados qui couchent comme d'autres regardent un film ? Hé ho, c'est la vraie vie ça aussi, je ne cautionne pas, mais c'est la réalité, nous ne sommes pas chez les bisounours non plus.

La drogue ? Hélas elle est réellement présente et dans des lieux parfois surprenant

 

Au départ il y a Pagford, un petit village typiquement anglais comme on en voit à la télé. De ceux qui donnent follement envie d'aller y passer quelques jours de vacances. De s'y balader.

Son microcosme, tous ces gens qui se connaissent depuis toujours.

 

Et puis juste à côté il y a Yarvil. Le démon.

La ville de toutes les déchéances. Avec ses illettrés, ses drogués, ses putes, ses bagarres, ses assistés.

 

Donc Pagford veut se débarrasser de Yarvil. Ne plus rien avoir à faire avec eux.

Trouver un moyen de renvoyer leurs racailles de gamins chez eux, dans des écoles de leurs niveaux.

Surtout ne pas risquer la moindre contamination avec les gentils enfants de Pagford.

 

Les personnages sont nombreux, très nombreux. Et c'est vrai qu'au départ j'ai un peu pataugée, je l'avoue.

Il y a le monde des adultes et le monde des ados. Puis le monde de Pagford et le monde de Yarvil.

Et les interactions entre chacun de ces mondes sont nombreuses.

 

Et finalement la différence n'est pas si grande entre tous.

La fracture sociale est là, mais pas forcément toujours où on l'attend.

 

J.K. Rowling dresse une galerie de personnages très fouillée.

Toutes les psychologies sont analysées, décortiquées sous toutes les coutures, sans rien laisser au hasard.

 

Sans aucun doute, les 7 tomes d'HP l'ont aidé à écrire sur les ados.

Sa connaissance en la matière est bluffante et ce sont les personnages qui m'ont le plus touchés.

 

Tous sont prenant à leur façon, les adultes comme les ados, mais pour eux je ne sais pas, c'est comme si elle avait une force différente pour les décrire et les faire vivre.

 

Derrière les portes closes des gentilles petites maisons de Pagford se trouve un monde d'adultes écoeurants. La jalousie, la méchanceté, les coups bas, les manigances sont légions.

Avec toute l'hypocrisie qui va avec.

 

Aucun ne m'a laissé indifférente.

Je les ai détestés ! Ils sont repoussants et bêtes, méchants, faibles. Franchement ils ne donnent pas du tout envie de les connaitre "en vrai", mais sont tellement bien décrits c'est fou.

Ces gens là on les connait, on les croise ou les côtoie.

Parce qu'on ne peut pas se voiler la face, regardons les choses en face : on sait très bien que les gens sont comme ça.

Il n'y a que deux adultes que j'ai aimés : Mary qui m'a fait beaucoup de peine avec sa douleur et sa colère et Gavin.

Quoique Gavin finalement soit assez faible. Mais par rapport aux autres, c'est une lumière.

 

Kay l'assistante sociale est très bonne dans son rôle d'assistante sociale justement mais qu'elle idiote en tant que femme. Quitter sa ville, son boulot, déraciner sa fille, tout ça pour un homme qui non seulement ne lui a rien demandé mais surtout ne lui a rien promis.

 

Colin et ses TOC c'est tout une histoire à lui tout seul.

Finalement maintenant que j'y repense, je l'aime bien lui aussi. Il doit se débattre avec une maladie horrible qui lui pourri la vie et pourri celle de sa famille aussi. Tout le monde en souffre.

Mais ce que je ne comprends pas c'est comment il peut exercer le métier de proviseur avec ce "problème".

 

Miles n'est pas méchant non plus, mais son manque de caractère est affligeant.

 

J'ai carrément détesté les parents de Miles en revanche. Dieu qu'ils sont insupportable.

Ils sont ce que j'appelle des nuisibles. Ils pourrissent tout c'est affolant.

 

En revanche Terri a eu un double effet sur moi.

Je lui en voulais d'être ce qu'elle était, de son comportement, de sa faiblesse. De sa bêtise et de son inaction.

Mais d'un autre côté elle me touchait, me faisait de la peine. Son passé est terrible et explique à défaut d'excuser son comportement.

Elle n'est pas foncièrement mauvaise, mais elle est trop faible.

 

Chez les ados, il n'y a que Fats que je n'ai pas aimé.

Je n'ai pas réussi à cerner son pourquoi du comment. Lui ne m'a absolument pas touché.

 

Andrew m'a fait de la peine et j'aurais voulu pouvoir claquer la tronche de son père.

Gaïa, je suis un peu plus mitigée, je l'aime bien, mais sans plus.

 

Mes deux préférées sont Krystal et Sukhvinder.

Ces deux gamines sont dans une souffrance terrible. Une souffrance qui prend aux tripes, qui fait mal même derrière une page.

Et de manière totalement différente.

 

Krystal m'a fait mal dans son besoin de faire n'importe quoi avec n'importe qui pour un peu d'amour, de reconnaissance.

Son besoin de tendresse s'exprime de la mauvaise manière mais il est flagrant.

Cette pauvre gamine est une écorchée vive. Le genre de petite fille dont on se dit que de toute façon, pour elle c'est mort, quoiqu'elle fasse sa vie est détruite depuis ses plus tendres années et elle ne fait que s'enfoncer à mesure que le temps passe.

On aimerait pouvoir l'aider mais quelque chose nous retient et du coup elle plonge encore plus.

Et on laisse faire. On la regarde casser tout ce qu'elle touche, s'y prendre de la mauvaise manière et on se dit "ben forcément ça devait arriver".

C'est horrible en fait.

 

Sukhvinder elle, je voulais la prendre dans mes bras, lui dire qu'elle n'était pas nulle, que ce n'était pas un monstre, qu'elle n'était pas moche, qu'elle méritait d'être aimée.

Je saignais avec elle. J'avais peur pour elle. Pour ce qu'elle pouvait faire.

Ce genre de traitements, ce qu'elle subit tous les jours à l'école et chez elle, poussent certaines personnes à faire des choses horribles. Faire mal aux autres, se faire mal, devenir fou, méchant.... le pauvre "petit pinson" m'a fait beaucoup de peine.

 

Tous ces gens m'ont portés des coups.

Durant près de 700 pages je les ai eu avec moi et ils m'ont fait ressentir des choses très fortes.

 

Ne nous leurrons pas et arrêtons de croire que tout est beau.

La vie, la vraie c'est aussi celle ci. Avec toutes ces horreurs.

Les cités, les drogués, les bourges, les abrutis, les coincés, les menteurs, les rêveurs, les naïfs ils sont là, pas si loin de nous.

 

J'appréhendais la fin parce que je me disais qu'une catastrophe allait arriver.

Et malgré tout je l'ai prise en pleine poire.

Elle m'a blessé, elle m'a fait mal.

Pour dire la vérité : elle m'a fait pleurer.

Ce n'est pas souvent que ça m'arrive. Avoir les larmes aux yeux ou être triste oui.

Mais la réaction que j'ai eu a été très forte : j'ai été choqué, je suis restée un moment bloquée en fait et j'ai pleuré.

 

J.K. Rowling analyse très bien le monde d'aujourd'hui et ses incohérences, ses absurdités.

Elle porte un regard franc sur tout ceci et nous le livre tel quel.

 

J'ai vraiment beaucoup aimé son style, son écriture.

Oui le roman est épais, mais je n'ai pas croisé de longueur, j'ai aimé tout ce qu'elle m'a donné.

 

C'est un roman sombre, qui analyse froidement la société mais avec sincérité.

Il ne s'agit pas d'un thriller, pas de magie, pas de romance, mais de la vie tout simplement.

 

Je tiens à remercier Olivier de PriceMinister pour ce partenariat et grâce à qui j'ai pu lire ce roman.

Mais aussi pour sa promptitude à répondre à mes mails en totale panique

 

Commenter cet article

stop snoring aids 09/12/2013 13:02

I haven’t read any book except “Harry potter” of JK Rowling and I am a great fan of it. Thank you for sharing about her another book. Hope this will be as good as her famous harry potter. Keep updating.

Choupynette 29/11/2012 11:19


comme je disais chez Yue, je l'ai commencé hire soir et j'aime beaucoup!! c'est vraiment très bon... hâte d'avoir quelques heures de libre pour pouvoir finir!!

hydromielle 29/11/2012 13:31



Et moi j'ai hâte de connaitre ton avis final



Lilibook 13/11/2012 23:58


Pas encore eu la possibilité ni le temps de le lire mais bien sûr très envie de le découvrir. Il sera dans les futurs lectures oui.

hydromielle 17/11/2012 14:11



C'est vrai qe c'est un sacré pavé



Noukette 12/11/2012 22:34


J'en suis encore baba...! Ecxellent roman !

hydromielle 13/11/2012 22:36



Tout à fait d'accord



Stephie 12/11/2012 06:05


Comme toi, j'ai été complètement bouleversée par cette fin terrible. Superbe roman !

hydromielle 12/11/2012 10:22



Elle a très bien réussi sa "reconverstion" je trouve



Archives

À propos