Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 May

Rouler

Publié par hydromielle

Rouler

"Rouler" de Christian Oster

Poche - 185 pages - 6,30 euros

Note : 0,5/10

Quatrième de couverture :

Sans vraiment savoir pourquoi, Jean décide de quitter Paris, un jour d’été, et de rouler vers Marseille.
Besoin de fuir ou soif de découverte ? Sur la route, au hasard des villes et des rencontres, cet homme tente de se comprendre et de combler le vide qui est en lui.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Je ne serais pas longue pour vous parler de ce livre, très petit d'une part mais surtout sans aucun intérêt.

Tellement soporifique qu'il m'a fallu des jours et des jours pour lire ces pauvres 185 pages.

Et quand je dis pauvre, ce n'est pas uniquement une figure de style.

J'ai trouvé que tout était pauvre dans ce livre, que ce soit l'histoire, les personnages croisés ou bien même l'écriture.

En lecture comme ailleurs, tout est affaire de goût bien sur, mais là pour moi, c'est définitivement non.

Le personnage central est insipide et ses réflexions, ses pensées le sont tout autant.

Je me suis terriblement ennuyée à la lecture de ce livre (et je reste polie).

Jean décide de quitter Paris, son appartement, sa vie mais jamais aucune raison ne sera donnée au lecteur. On ne sait même pas s'il compte revenir. D'ailleurs le sait-il lui même ?

Il ne semble même pas tout à fait certain de sa destination.

Je l'ai trouvé désagréable et prétentieux. Sans rien à offrir.

Le cheminement de sa route et de ses pensées est très étrange et l'auteur a choisi un moyen très étrange également de mettre ça par écrit.

C'est comme si l'écriture était aussi superficielle et sans but que l'était le personnage et son voyage.

Je me suis retrouvée dans un vide total et absolu avec un homme que je n'aimais pas, dans une histoire qui ne me plaisait pas et racontée d'une manière qui ne me plaisait pas non plus.

Bref, ma rencontre avec Christian Oster n'est absolument par couronnée de succès et restera classée sans suite.

La seule raison de ce demi point est uniquement parce que je me suis dis que j'aimerais bien moi aussi un jour partir comme ça.

Sauf que moi, j'aurais une raison : visiter le pays et ses villages reculés.

Commenter cet article

Archives

À propos