Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 May

Ma vie

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures étrangères

ma vie

 

"Ma vie" de Isadora Duncan

 

Poche - 446 pages - 7,30 euros

 

Note : 05/10

 

Quatrième de couverture :

 

Isadora Duncan n'est pas seulement la danseuse dont l'art, la vie et la mort stupéfièrent le monde. Son autobiographie est un livre savoureux, sincère, où l'humour et la passion font un mélange acide. Isadora Duncan dit tout sur ses passions artistiques, morales, intellectuelles et aussi physiques. Le 14 septembre 1927, sa longue écharpe se prit dans la roue de sa voiture, sur la promenade des Anglais, à Nice, l'étranglant brutalement. Quelques mois plus tôt, elle travaillait encore à ce livre.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

De famille irlandaise, Isadora est née aux Etats Unis à San Francisco où elle vit avec ses parents, ses 2 frères et sa soeur.

 

Après le divorce de ses parents, les enfants restent avec leur mère.

De leur père, ils ne savent rien ou presque. Isadora est d'ailleurs tellement jeune à l'époque du divorce qu'elle ne se souvient pas de lui.

 

Pour subvenir aux besoins de sa famille, Dora leur mère, donne des cours de piano.

 

Isadora quant à elle, quitte très jeune l'école. Outre le fait que la famille n'arrive pas à rester dans un logement fixe ni à payer les frais de scolarité, Isadora n'aime pas le système scolaire.

 

Isadora est un esprit libre. Elle s'envole. Elle danse.

Dès son plus jeune âge elle sait qu'elle est faite pour ça : la danse.

 

A 10 ans déjà, sa soeur et elle donnent des cours aux enfants du quartier plutôt que d'aller en cours.

L'argent permet à la famille de mieux s'en sortir et à Isadora de s'exprimer dans sa passion.

 

 

MON AVIS :

 

Toute sa vie, Isadora l'a dédié à ce qu'elle appelait "mon art".

 

On peut dire d'elle que du début de sa vie à sa mort, elle n'a jamais cessé d'aimer sa passion.

 

Fortement influencée par la mythologie grecque, elle ne s'est pas contentée d'être à la recherche constante d'une forme de danse personnelle. Elle a été jusqu'à faire bâtir un temple en Grèce.

 

Sa vie a été terriblement mouvementée.

Ballotée d'un appartement à un autre alors qu'elle était toute petite, elle a également quitté rapidement son pays de naissance avec toute sa famille pour aller s'installer en Angleterre croyant trouver là bas une vie plus facile.

 

Mais là encore, rien n'est facile.

L'argent va et vient. Mais jamais ne reste.

 

Isadora commence à se faire un nom, une réputation.

Elle se produit dans des salons privées lors de soirées organisées pas des amis(es), mais ces soirées ne lui permettent guère de vivre.

 

En revanche, elles lui permettent de se faire de nombreux amis(es) de grandes renommées.

Peintres, sculpteurs, musiciens, bourgeois, princes, duchesses........... Isadora côtoie la crème.

 

Mais elle ne reste pas en place.

Il lui faut toujours partir. Trouver mieux ailleurs.

Changer de pays. Tout recommencer en repartant de zéro, sans argent.

 

Sa vie est faite de richesse et de pauvreté. Toujours en contrastes.

 

Ses amours sont sans contraintes. Elle est libre d'esprit et applique à sa vie personnelle ce qu'elle applique à son art.

 

Des joies immenses parsèment son parcours. Comme la naissance des ses deux enfants.

Mais également des douleurs intolérables.

 

Isadora aura parcouru le monde, que ce soit grâce à des engagements pour des tournées ou simplement pour prendre de nouveaux départs.

La France, l'Italie, la Grèce, l'Allemagne, la Suisse, la Russie et bien d'autres pays non plus de secrets pour elle.

 

Bien qu'elle n'y soit pas toujours très bien comprise et que ses tournées n'aient pas forcément le succès attendus, elle s'y fait toujours d'incroyables relations.

 

Dominée par une forte passion pour la danse, elle aura toujours été habitée par une envie, un rêve : construire une école de danse. Partout où elle va, elle désire apprendre à des jeunes filles son art de la danse.

 

Loin des tutus et autres chaussons à pointes, Isadora déteste la danse classique et ne jure que par sa propre façon de danser et son désir de l'enseigner.

 

Mais une bonne dose d'insouciance lui a également "pourrie" la vie.

Jamais elle ne se souciait vraiment de savoir comment elle allait payer le loyer, nourrir ses élèves, payer ses dettes.

Autant de choses qui bien souvent, l'ont mené à la ruine.

 

Je ne suis pas fana de danse ni d'autobiographie, mais la vie d'Isadora est vraiment unique et intéressante.

Son parcours ne laisse pas indifférent.

Joies ou tragédies, elle aura toujours tout vécu à fond.

Jamais rien n'aura été fait à moitié. Tout est "remarquable".

 

L'écriture est simple et naturelle.

Isadora n'aura pas eu le temps de corriger les épreuves de son livre avant sa mort et il a donc été publié tel qu'écrit.

 

Personnellement je ne connaissais pas cette femme au destin tragique et je n'ai pas apprécié plus que ça ce livre.

Je pense qu'il "parlera" beaucoup plus à des passionnées de danse. Ou bien encore de musique.

 

 

challenge nécro

Commenter cet article

Archives

À propos