Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 Sep

Les mystères d'Udolphe

Publié par hydromielle  - Catégories :  #classique

Les mystères d'Udolphe

 

"Les mystères d'Udolphe" de Ann Radcliffe

 

Poche - 905 pages - 11,90 euros

 

Note : 08/10

 

Quatrième de couverture :

 

Émilie explore le château mystérieux, chandelle à la main, à minuit. La menace (surnaturelle?) est partout présente. Les séquestrations, les tortures ne sont pas loin. Quel est le dessein du maître des lieux? Quels sentiments éprouve la jeune fille pour son tuteur et geôlier? Qui épousera-t-elle, après cette quête de soi à travers les corridors du château, qui ressemblent à ceux de l'inconscient? Ce n'est pas pour rien qu'un chapitre porte en épigraphe ces mots de Shakespeare: « Je pourrais te dire une histoire dont le moindre mot te déchirerait le coeur. »

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Emilie Saint-Aubert est une jeune fille charmante, cultivée et douce.

Elle vit tranquillement avec ses parents en Gascogne.

 

Les liens familiaux de cette famille sont très étroits et très forts.

 

Mais la douceur de vivre n'a qu'un temps.

Lorsque sa mère décède, Emilie est très triste et son père semble ne pas s'en remettre.

 

Ce dernier décide d'entreprendre avec sa fille un voyage qui les mènera dans le sud de la France.

 

Voyage au cours duquel les Saint-Aubert feront la connaissance du Chevalier Valancourt.

Homme charmant dont Emilie tombe amoureuse et à qui le père voue une véritable amitié.

 

Là encore, le sort semble s'acharner sur la famille Saint-Aubert.

Le père d'Emilie meurt également et la jeune fille, orpheline se voit confiée à la garde de la soeur de ce dernier, Madame Chéron, sorte de vieux dragon plus attirée par l'argent, le paraître et les titres que par les sentiments.

 

Lorsque Madame Chéron épouse Monsieur Montini un italien, elle n'hésite pas à rompre les fiançailles d'Emilie et Valancourt.

Elle estime que Valancourt n'est pas assez bien doté pour elle.

 

Et lorsque Montini décide de quitter la France pour l'Italie, Emilie voit tous ses rêves se briser.

 

 

 

MON AVIS :

 

Il faut aimer les pavés.

Il faut aimer la littérature victorienne.

Il faut aimer les romans "gothiques".

Il faut aimer lire.

 

Si j'ai eu envie de lire ce roman, c'est avant tout parce qu'il est nommé dans un des livres de Jane Austen, "Northanger Abbey" .

 

Ann Radcliffe n'EST PAS Jane Austen, c'est certain.

Mais elle n'en est pas moins un bon écrivain (oui il faut savoir que Jane pour moi c'est sacré).

 

Lorsque j'ai lu qu'il s'agissait d'un roman "gothique", je m'attendais à tout sauf à ça.

Je pensais tomber sur un livre qui m'aurait fait peur, ou au moins frissonner.

Une petite touche de surnaturel.

Un livre sombre. Avec des personnages douteux.

 

Mais ce n'est pas tout à fait ça.

 

Il est effectivement fait mention de situations étranges.

Mais en fait, ce sont plutôt les personnages qui se montent bien vite le bourrichon et se font peur tout seul.

Le lecteur lui, laisse glisser tout ça si j'ose dire.

 

Nulles traces de surnaturelles, tout trouve son explication.

 

Pour ce qui est de la noirceur et des personnages douteux, là en revanche, l'auteur nous a bien gâtés.

Et les secrets sont légions.

 

Le château d'Udolphe, dont finalement il n'est pas tant question que ça, est bien sombre et renferme de lourds secrets.

Ses murs ont vus et entendus bien des choses.

 

Les "méchants" de l'histoire sont terriblement malsains et manipulateurs et ne reculent devant aucune bassesse.

 

Emilie, personnage central de l'histoire est autant attachante qu'elle est agaçante !

De constitution fragile, elle ne cesse de tomber dans les pommes, elle est ultra sensible, très émotive et passe son temps à pleurer.

 

Malgré tout je n'ai pu m'empêcher de la prendre en pitié.

De souhaiter qu'elle puisse se sortir de là sans dommage.

Qu'elle puisse sourire et être heureuse.

 

Ann Radcliffe a su mettre en elle ce petit quelque chose qui donne envie de la protéger malgré tout.

 

L'écriture de l'auteur est agréable, les descriptions nombreuses et le roman comporte quelques longueurs c'est vrai.

Mais avec un tel nombre de pages, c'était à prévoir.

 

Cependant je ne me suis pas ennuyée un seul instant et n'ai pas non plus regrettée d'avoir choisi ce roman.

 

La littérature victorienne est décidément un style bien à part.

Un style que j'aime vraiment beaucoup.

 

englishclassicsmaxicopie1.jpeg

 

Commenter cet article

machiavellian-doll 26/09/2010 10:18



tu ma donné envie de le lire!!! je crois que ce bouquin sera la prochaine victime de ma liste!!! quand tu dis
pavé, sa veut dire combien de pages???? 700 et quelque ou plus??!!!!!



hydromielle 26/09/2010 13:28



Oui il est plutôt épais. Regarde en haut du billet, je mets toujours le nombre de pages du livre en fait.



Cuné 21/09/2010 06:22



Je dirais même plus, je confirme également ;o))



hydromielle 21/09/2010 09:25






Que ferais-je sans vous........



yueyin 20/09/2010 10:21



Après revision, je confirme, en jaune tes réponse sont beaucoup plus lisibles :-)



hydromielle 20/09/2010 20:36







loulou 19/09/2010 19:16



tu as dit pavé ?...il est pourtant noté sur ma LAL mais là, j'ai comme un doute, même si c'est grâce à ma lecture de Northanger Abbey que je désire le lire également...



hydromielle 19/09/2010 19:40



Oui pavé, mais je t'assure qu'il se lit facilement



Ofelia 19/09/2010 16:58



C'est bien quand même :)



hydromielle 19/09/2010 19:07



Voui



Archives

À propos