Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Mar

La séance

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures étrangères

La séance

 

"La séance" de John Harwood

 

Broché - 358 pages - 18 euros

 

Note : 09/10

 

Quatrième de couverture :

 

Angleterre, fin de l'ère victorienne. Constance Langton reçoit la visite d'un avocat, John Montague. Celui-ci lui annonce qu'elle vient d'hériter d'un manoir de famille dans le Suffolk, Wraxford Hall, et lui conseille de vendre la propriété sans perdre une seconde. Wraxford Hall jouit en effet d'une sinistre réputation : ses précédents propriétaires y sont morts dans d'étranges circonstances et une jeune femme, Eleanor Unwin, y a mystérieusement disparu avec sa fille. Quels terribles secrets renferme Wraxford Hall ? Au fil du journal intime d'Eleanor et des recherches de Constance, deux femmes dont le désir d'indépendance dénote en pleine époque victorienne, se lèvent peu à peu les mystères qui entourent l'étrange demeure.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Constance Langton n'a pas 5 ans lorsque sa jeune soeur, Alma, décède.

Dès lors, sa mère plonge dans une dépression sans fin, négligeant  Constance. Et son père, déjà peu présent l'est encore moins.

En grandissant, Constance, toujours en quête de l'amour, de l'affection et de l'attention de sa mère, fait tout ce qu'elle peut pour lui apporter un peu de joie de vivre.

Elle finie par trouver une sorte de pis aller pour sa mère en l'emmenant à une séance de spiritisme.

Mais la démarche de Constance s'avère à double tranchant.

Sa mère en veut plus, toujours plus.

Folle de chagrin et de désespoir, sa mère se donne la mort, laissant un mot pour expliquer qu'elle sait maintenant où se trouve Alma et qu'elle part la rejoindre.

 

Son père n'ayant aucun attrait pour Constance était parti vivre chez sa propre soeur depuis bien longtemps déjà et Constance resta donc seule dans la demeure familiale.

 

Bien des années plus tard, à la mort de son père, Constance reçoit la visite d'un homme de loi, Monsieur Montague.

Ce dernier lui annonce qu'elle est l'unique héritière d'un manoir : Wraxford Hall.

Immense et troublante demeure au passé sombre.

 

Curieuse de savoir pourquoi elle reçoit cet héritage, Constance pose des questions et se voit remettre des documents qui pourront sans doute répondre à ses interrogations.

 

Commence alors une lecture qui va plonger la jeune femme dans un passé effrayant, faie de disparitions et de morts étranges.

Le manoir de Wraxford Hall est entouré de fantômes. Tous les précédents propriétaires sont mort dans d'étranges circonstances.

 

 

MON AVIS :

 

Je ne saurais trop décrire mon tout premier sentiment au début de ma lecture.

J'étais un peu décontenancée je pense.

Je ne m'attendais pas à ça. Mais de là à dire à quoi je m'attendais.......

 

Le livre contient en fait 3 récits différents :

- celui de Constance Langton

- celui de John Montague

- et celui d'Eleonor Unwin

 

Au travers de ces 3 personnes, l'histoire présentée se déroule sur une bonne vingtaine d'années.

 

Les différentes parties sont très claires et l'on ne s'y mélange pas.

Chacune d'elles auraient  méritées d'être plus longue.

Surtout celle d'Eleonor Unwin que j'ai trouvé particulièrement fascinante.

 

L'histoire de Constance Langton qui est celle qui démarre le livre est très prenante également, mais moins captivante.

La pauvre petite Constance n'a pas eu la vie facile puisque dès son plus jeune âge elle a dû faire face à la morte de sa petite soeur puis au désintérêt total de sa mère. Ce qui pousse la petite fille à s'interroger sur sa propre naissance.

Son père ne valant guère mieux que sa mère, Constance s'est retrouvée seule, entourée d'une mère morte à l'intérieur et incapable de quoique ce soit.

 

Sa recherche désespérée de l'amour de sa mère ajoute à la tragédie de sa vie. Elle n'aura vraiment pas eu de chance.

 

Le récit de John Montague apporte des éclaircissements sur l'affaire Wraxford ainsi qu'un regard extérieur, mais n'est pas aussi prenant que les 2 autres.

Bien que la vie de cet homme soit également une suite de douleurs.

 

Vient enfin l'histoire d'Eleonor Unwin qui est celle qui m'a le plus fascinée.

Tout comme les deux autres personnages, Eleonor a eu une vie plutôt triste et difficile.

Et lorsque les choses ont semblées s'arranger, la mort a frappé et dès lors son destin était scellé.

Mais n'était-il pas scellé, sans qu'elle s'en doute dès sa rencontre avec Magnus Wraford ?

 

Magnus Wraxford est l'autre personnage fort du roman.

Presque le personnage central finalement.

Rien ne serait arrivé sans lui.

 

Présenté comme un homme bien, érudit, ce médecin fait l'unanimité auprès des gens qu'il rencontre.

Un peu moins auprès de ses confrères puisqu'il vente les mérites du mesmérisme (mot savant pour l'hypnose) pour soigner certains patients.

Plutôt bien de sa personne, l'héritier de Wraxford Hall est un homme qui sait ce qu'il veut, sait se montrer tout à fait charmant et semble être un très bon ami, en qui on peut avoir toute confiance.

 

Mais au final on peut se demander dans quelle mesure il n'a pas utiliser ses "talents de médecin" pour manipuler toutes les personnes qu'il croisait.

 

Je me suis laissée prendre au jeu de John Harwood et ai apprécié Magnus.

Au départ.

 

L'auteur a vraiment très bien joué avec le caractère de cet homme, tour à tour amical, tendre, presque romantique. Puis énigmatique, dangereux, inquiétant, machiavéliuque, dangereux effrayant et incroyablement manipulateur.

 

Je ne peux m'empêcher de me demander si tout cela serait arrivé si Eleonor n'avait pas eu cette réaction malheureuse un matin.

 

L'ambiance sombre, triste et gothique de ce roman est très clairement présente.

Tout au long du livre j'ai ressenti cette impression de tension, comme un poinds pesant constamment sur les protagonistes.

 

J'ai d'ailleurs beaucoup pensé au roman d'Ann Radcliffe "Les mystères d'Udolphe".

 

La construction du roman est attractive, elle permet différents points de vue et pose beaucoup de question.

A chaque fois que l'on croit avoir compris, arrive quelque chose de nouveau qui fait douter.

 

Le mélange des époques est très bien amené.

Bien que plusieurs années séparent les histoires, les intrigues et les peurs sont les mêmes.

 

Le spiritisme est mis en avant ainsi que la manipulation mentale.

L'un et l'autre ne sont-ils pas finalement la même chose ?

 

Si j'ai bien ressentie l'atmosphère gothique que John Harwood a voulu donner à son roman, en revanche, j'avoue ne pas avoir très bien ressentie le fait qu'il se déroulait à l'époque victorienne. Certaines choses bien sûr, permettent de s'y sentir, mais dans l'ensemble, ce n'est vraiment pas ce qui m'a le plus marqué.

 

L'écriture est forte et vraiment plaisante.

 

Si j'ai eu quelques doutes au départ, je me suis très vite retrouvée entièrement plongée dans ce roman qui fera partie de mes coups de coeur.

Ces romans que l'on a pas envie de lâcher.

Dont on se dit "je finie le paragraphe.....", "bon finalement je termine le chapitre.." et au final on n'a pas du tout envie de le reposer.

 

 

Commenter cet article

Stephie 07/03/2011 22:27



J'avais vraiment beaucoup aimé !



hydromielle 09/03/2011 10:49







Ankya 06/03/2011 12:26



J'avais également beaucoup aimé cette histoire :) :) :) L'ambiance, l'armure, le mystère, les mécanismes... un excellent moment de lecture !



hydromielle 06/03/2011 21:39







Choupynette 05/03/2011 10:18



9/10... wow!! ;) déjà noté!



hydromielle 05/03/2011 15:33



Oui un vrai coup de coeur



bladelor 03/03/2011 21:49



Prêté par Caro y a plus de 6 mois et toujours pas lu, ahem ! Mais ton billet m'enchante ! Vais peut-être le sortir de la PAL !



hydromielle 05/03/2011 09:16



Je suis certaine que tu vas aimer



Petite Fleur 03/03/2011 14:35



Moi aussi, j'ai beaucoup apprécié cette écriture : c'est à la fois nouveau (on n'en lit pas beaucoup des comme ça à notre époque) et en même temps ancien par le rappel du gothique et de l'époque
victorienne. Bien construit aussi.



hydromielle 03/03/2011 20:36



Tout à fait. Dommage que ce genre de livre ne soit pas plus fréquent.



Archives

À propos