Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 Sep

Molloy

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures étrangères

Molloy

 

"Molloy" de Samuel Beckett

 

Poche - 274 pages - 8 euros

 

Note : ??

 

Quatrième de couverture :

 

De même que Dante chemine de cercle en cercle pour atteindre son Enfer et son Paradis, de même Samuel Beckett situe t-il, chacun dans un cercle bien distinct, les trois principaux protagonites des romans de sa trilogie, Molloy, Malone se meurt et L'innomable, afin qu'ils atteignent, peut-être, le néant auquel ils aspirent. D'un roman à l'autre, ce cercle est de plus en plus réduit.

Si Molloy est enfermé dans un cercle, c'est celui-là même de son récit cyclique qui commence par la fin et se termine au commencement. Molloy n'est pas confiné dans un seul lieu, il possède encore un relatif degré de mobilité malgré sa mauvaise jambe.

A bicyclette d'abord, muni de béquilles ensuite, puis ne pouvant plus que ramper, le voilà parti à la recheche de sa mère, dit-il. N'est-il pas plutôt en quête de lui-même, ou bien d'une certitude qui lui échappe toujours ?

 

Dans la deuxième partie du roman, la boucle que décrit la trajectoire de Molloy se dédouble : c'est le rapport, cyclique aussi, que rédige Moran.

Détective de l'agence Youdi, Moran a reçu l'ordre de se lancer à la recherche de Molloy. Lorsque Moran entame sa poursuite, il est en pleine possession de tous ses moyens physiques, de toutes ses certitudes.

Au fil de sa quête, peu à peu son état se modifie profondément et se détériore à tous égards : Moran va ressembler de plus en plus à Molloy lui-même.

Moran trouvera t-il Molloy ? Ne seraient-ils que deux facettes d'une seule et même personne ?

Les deux boucles leurs trajectoires respectives vont peut-être finir par se rencontrer pour former l'image du huit horizontale, signe de l'infini, recommencement d'une impossible quête de soi.

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Mais c'est quoi ce livre ?

 

Même pas trois pages que je savais déjà que j'allais souffrir comme jamais.

Parce qu'il faut savoir que je suis une grande malade et que même avec un livre que je n'aime pas, je suis incapable de l'abandonner.

 

Au pire, comme ici, je finie par lire en diagonale

 

Je ne sais pas si Samuel Beckett est un génie ou un fou.

Je ne sais pas si Molloy est fou.

 

Dans l'absolu je préfère effectivement me dire que l'un et l'autre sont fou, comme ça je me sens plutôt du genre génie.

 

Parce que sinon je n'ai rien compris.

 

Non mais en fait, de toute façon je n'ai clairement rien compris.

 

L'écriture m'est insupportable.

Le personnage est chiant.

 

Et l'histoire m'a complètement échappé.

Et franchement le côté scato ça va bien deux secondes.

 

Je lis ici et là sur le net que Samuel Beckett est brillant et que ce livre est un pur chef d'oeuvre.

Et moi en refermant ce livre, je me sens larguée comme jamais.

 

 

 

challenge nécro

Commenter cet article

Cryssilda 21/09/2011 15:43



Ahah, tu me fais rire !


Je n'ai jamais lu celui-ci mais du coup je suis très curieuse!



hydromielle 21/09/2011 20:22



Un jour où tu n'auras rien de mieux à faire alors



virginie 18/09/2011 15:20



Les plus grands génies étaient un peu fou non? Je n'ai pas lu Molloy mais j'ai lu en Attendant Godot, et j'avais aimé malgré la particularité qu'il ne se passe rien;o)



hydromielle 19/09/2011 20:59



Peut être..... mais disons que pour moi, à la lecture de ce livre, Beckett n'a rien d'un génie.



Violette 16/09/2011 15:28



ton commentaire m'a fait rire! j'aime Beckett mais à petite dose. Il faut se préparer psychologiquement à ce type de lecture...



hydromielle 17/09/2011 21:33



C'est le moins que l'on puisse dire



Archives

À propos