Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 Jan

Les petites fées de New York

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Fantasy

les eptites fées de new york

 

"Les petites fées de New York" de Martin Millar

 

Broché - 300 pages - 19 euros

 

Note : 06/10

 

Quatrième de couverture :

 

" Le récit des Petites fées de New York démarre avec Morag et Heather, deux petites fées hautes de cinquante centimètres, portant épée, kilt vert et cheveux mal teints, qui volettent par la fenêtre du pire violoniste de New York, un type antisocial et obèse nommé Dinnie, et vomissent sur sa moquette. Qui sont-elles et comment sont-elles arrivées à New York, et en quoi tout cela concerne-t-il l'adorable Kerry, qui vit dans l'immeuble d'en face, est atteinte de la maladie de Crohn et confectionne un alphabet des fleurs, et en quoi tout cela concerne-t-il les autres fées (de toutes nationalités) de New York, sans oublier les pauvres fées opprimées de Grande-Bretagne, voilà le sujet du livre. Il contient une guerre, ainsi qu'une mise en scène fort inhabituelle du Songe d'une Nuit d'Eté de Shakespeare, et des solos de guitare de Johnny Thunders des New York Dolls. Que peut-on demander de plus à un livre ? " Neil Gaiman.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Obligées de fuir leur village, Morag MacPherson et Heater MacKinthosh se retrouvent bien plus loin qu'elles ne le pensaient.

Elles ont carrément quitté l'Ecosse pour New York !

 

Elles n'avaient pas prévu d'aller aussi loin. Mais il fallait absolument qu'elles partent.

Ces deux là ne cessaient de faire des bourdes. Plus ou moins grave.

Les dernières étaient  plutôt graves d'ailleurs.

 

Avoir joué des riffes des Ramones sur leur violon, se teindre les cheveux, vouloir monter un groupe alternatif ou pire, découper la bannière magique d'un clan pour s'en faire des couvertures !

 

Mais elles ne sont pas les seules fées à avoir quitté le village. Petal et Tulip accompagnés de quelques uns de leurs amis sont également à New York.

Petal et Tulip on fuit leur père, le roi despote des fées.

 

 

MON AVIS :

 

J'aurais bien vu Neil Gaiman écrire ce livre en fait. Ou peut être encore Terry Pratchett.

 

Mais ces deux auteurs auraient sans aucun doute apporter plus à ce livre. A cette histoire.

 

Si Heater et Morag sont les petites fées de l'histoire (même s'il y a beaucoup d'autres fées), un autre personnage central apparait.

Magenta, une SDF un peu barrée qui se prend pour le général Xénophon, parle à ses troupes invisibles et connait l'histoire de la Grèce Antique sur le bout des doigts.

Sans cesse Magenta apparait dans le livre. Tout ou presque converge à un moment ou à un autre vers elle.

A l'ouest mais avec de très impressionnantes connaissances historiques, Magenta est une femme à laquelle on s'attache rapidement.

 

Dinnie en revanche m'a écoeuré dès le début, mais je pense que c'était le but de l'auteur que de faire de ce personnage un homme repoussant.

 

Quant à Kerry, elle attire la compassion et l'amitié dès le début. Un peu fofolle elle vit au jour le jour. Et je l'ai trouvé attendrissante.

 

Oublié le mythe de la fée clochette.

Bienvenue dans le monde de Martin Millar où les fées sont tout sauf de douces petites choses fragiles et romantiques.

 

Les fées de Millar passent leur temps à picoler sec, à jurer plus fort les unes que les autres, à se battre et à s'envoyer en l'air !

Oui oui, les fées sont toutes des ivrognes.

 

Heater et Morag sont insupportables. De vraies catastrophes ambulantes.

Elles sont copines puis se chamaillent et se font les pires coups. Puis sont de nouveau amies.

Ils faut dire que les fées sont très fières de leur nom de famille. Et toutes très prétentieuses.

Alors si l'on vient à mettre en doute un de leur talent... c'est la guerre.


Sous le joyeux bordel de cette histoire, l'auteur nous glisse une critique de la société actuelle qui laisse mourir un nombre impressionnant de SDF tous les jours, sans que personne ne bouge le petit doigt.

 

Ce roman est bien sympathique parce que délirant, parfois amusant et absurde.

 

Mais je suis tout de même un peu déçue. Je pensais que ce serait mieux que ça.

L'écriture de Martin Millar est bien agréable, mais il lui manque le petit plus qu'on les auteurs que j'ai nommé un peu plus haut, Neil Gaiman et Terry Pratchett.

 

 

Commenter cet article

Stephie 12/01/2011 23:14



Il est sur ma PAL depuis... je ne sais même plus quand ni même à cause de qui... faudra que je finisse par le lire...



hydromielle 13/01/2011 11:01







yueyin 11/01/2011 22:21



Un peu déçue donc, dommage, il me tente bien celui-là :-))))



hydromielle 12/01/2011 14:09



Peut être te plaira t'il ?



Acr0 11/01/2011 12:02



Ah c'est sûr :D
Mais je préfère largement ça plutôt qu'à un livre de fantasy dans lequel la troupe des personnages principaux et secondaires arrivent toujours à s'en sortir sans une seule égratignure :(



hydromielle 11/01/2011 15:26



Un juste milieu quoi. Mais pas toujours facile à bien doser pour les auteurs.



Karine:) 10/01/2011 19:29



J'ai bien aimé cette lecture mais je me retrouve quand même dans tes commentaires.  Le côté déjanté, c'est ok mais les catastrophes à répétition, j'en avais un peu eu ma claque après
un moment. 



hydromielle 11/01/2011 15:25



Disons qu'il y en avait tellement qu'on ne savait plus où donner de la tête



Acr0 10/01/2011 11:19



AH je suis bien de ton avis :) Gaiman ou Pratchett en plume, auraient aussi été très bien !
Pour les personnages, j'ai ressenti la même chose... Bon, et puis l'humour est là, des fées alcooliques, c'est original (chez Dufour aussi, elles sont un gros brin déjantées)
Peut-être as-tu été déçue car tu n'as écouté que du bien de ce livre, et que tu t'attendais du coup à plus ?



hydromielle 11/01/2011 15:24



Je pense qu'il y a de ça aussi... c'est vrai qu'il y a eu beaucoup de bruit autour de ce roman et que les avis étaient plutôt bons



Archives

À propos