Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 Nov

Les amandes amères

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures francophones

les amandes amères

 

"Les amandes amères" de Florence Cossé

 

Broché - 218 pages - 16,90 euros

 

Note : 04/10

 

Quatrième de couverture :

 

Découvrant que Fadila ne sait ni lire ni écrire, Edith entrevoit à quel point la vie est compliquée pour un analphabète et combien c'est humiliant. Elle lui propose de lui apprendre à lire le français.

Fadila n'est pas jeune. Edith n'est pas entraînée. L'apprentissage s'avère difficile. Ce qui semblait acquis un jour est oublié la semaine suivante.

Si Fadila a tant de mal à progresser, c'est que sa vie entière est difficile. Ce n'est pas une marginale. Elle a une famille, un toit, du travail.

Mais la violence a marqué son rapport aux autres, depuis l'adolescence.

Elle a de la rancoeur contre son Maroc natal et, en France, elle ne se fait pas à la solitude.

Elle vit dans une perpétuelle inquiétude.

Edith, de son côté, se sent de plus en plus démunie dans cette aventure dont elle a pris la responsabilité et qui va l'entraîner beaucoup plus loin qu'elle n'aurait cru.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Je pensais être émue. Touchée.

 

Je ne l'ai pas été.

 

Pour commencer, je n'aime pas du tout la façon d'écrire de l'auteur.

Des paragraphes très courts, martelés, comme écrits sur un post-it et posés là pour en faire plus tard un montage.

 

En soit ce n'est pas très dérangeant ce type de lecture. Mais là, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Qui ne passe pas.

 

Ensuite il y a les personnages.

Fadila est attendrissante. D'une simplicité qui touche le coeur. Je dis bien "simplicité" et non "naïveté".

Cette femme a vécu des choses douloureuses, mais n'en fait pas non plus toute une montagne. Elle relativise. Elle a appris beaucoup de la vie.

Elle est d'une autre époque. D'un autre pays, d'une autre culture. Elle est généreuse.

 

Et puis il y a Edith.

Pour qui la vie est plutôt douce. Métier sympa, mari sympa, enfants sympas, appart sympa, train de vie plutôt sympa.

Et qui se propose d'aider sa femme de ménage à lire et à écrire le français.

Sauf qu'elle, je ne l'aime pas. Ho elle n'est pas méchante.

Mais j'ai trouvé qu'elle sonnait faux.

Si au départ l'auteur nous la présente comme la gentille madame qui va aider sa bonne, j'ai très vite trouvé que justement ça tournait à la prétention de la part d'Edith.

 

Il est vrai qu'elle ne cesse d'aider Fadila, de trouver des solutions d'apprentissages, des cours d'alphabétisations etc...

Mais au final pour qui fait-elle ça ?

 

Parce que je n'ai pas du tout ressenti qu'elle le faisait pour Fadila.

Sans doute que l'intention était bonne, mais j'ai eu l'impression qu'en fait elle faisait ça pour elle.

 

Les mots, les tournures de phrases qu'utilise l'auteur m'ont rapidement dérangés.

J'ai eu le sentiment de lire en fait l'histoire d'une bonne petite bourgeoise française qui fait sa B-A en aidant la pauvre vieille marocaine qui ne sait ni lire ni écrire.

 

Ce qui aurait dû (pu) être l'histoire de Fadila est rapidement devenue l'histoire d'Edith.

Le livre est devenu prétentieux là où la simplicité aurait été de mise.

 

Les passages concernant Fadila, son passé, sa famille et sa vie d'aujourd'hui sont touchants et ont été pour moi, les seuls moments agréables du livre.

 

Pour le reste, je n'ai pris aucun plaisir à cette lecture.

 

Quant à la fin...... elle tourne en eau de boudin.

 

Commenter cet article

DragonneWorld 25/11/2011 15:03


Dommage, il avait l'air tentant.
C'est le genre de livre que j'hésite toujours à acheter parce cela traite de la vie vraie et par principe ce n'est pas mon style de lecture mais quelque fois j'aime bien quand même, quand
l'émotion et la simplicité sont là bien sûr.

hydromielle 26/11/2011 16:25



Oui et c'est justement là que le bas blesse : l'émotion n'est pas au rendez-vous.



Archives

À propos