Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 Dec

Le secret de lady Audley

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures étrangères

51VDP1NT24L. SL500 AA300

 

"Le secret de lady Audley" de Mary Elizabeth Braddon

 

Poche - 477 pages - 10,40 euros

 

Note : 07/10

 

Quatrième de couverture :

 

Le château des Audley fut jadis le théâtre d’un crime. Ce meurtre non élucidé est resté imprimé dans la mémoire des habitants du village comme une malédiction... Cette fatalité pèsera- t- elle sur les différents personnages du roman ? Car il est à peu près sûr qu’un sombre destin plane sur le baron Audley et sa très belle épouse.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Sir Michael Audley vit seul et tranquillement dans son immense propriété avec sa fille Alicia, son épouse étant décédée de nombreuses années auparavant.

 

Alicia âgée de 18 ans est une jeune fille adorable, très jolie, intelligent mais sans doute un peu capricieuse et qui règne sans partage sur le coeur de son père.

Non pas qu'elle soit insupportable ou difficile à vivre, loin de là.

Mais depuis toutes ces années, Alicia a pris l'habitude d'être la maîtresse de maison et la seule "femme" dans la vie de son père.

 

Aussi lorsque ce dernier fait la connaissance de Miss Lucy Graham (institutrice), en tombe éperdument amoureux et l'épouse dans la foulée, Alicia l'accepte assez mal.

D'autant que la différence d'âge n'est pas très grande entre les deux jeunes femmes.

Alicia se voit reléguée au second plan et cette situation ne lui plait pas.

 

Les relations entre Alicia et lady Audley sont tendues.

Jamais elles ne seront amies.

 

Heureusement, Alicia n'est pas complètement seule. 

Elle a un cousin, Robert Audley avocat à Londres, dont elle est amoureuse.

Ce dernier même s'il ne lui rend pas son amour, porte à Alicia une très grande affection.

 

D'ailleurs il est question que Robert vienne passer quelques jours avec un ami à lui qui revient d'Australie où il est allé faire fortune, George Talboys.

 

Tout ce passe pour le mieux (ou presque) dans le meilleur des mondes, si ce n'est que Robert, comme tous les hommes tombe sous le charme ravageur de milady. Alicia y voit une raison de plus de détester sa belle mère et est fort déçue de l'attitude de son cousin qu'elle pensait bien plus mature et plus intelligent que les autres hommes.

 

Après quelques jours, la visite de Robert et George est sur le point de prendre fin. Les deux amis projettent de partir et de s'offrir une dernière journée à la pêche.

Alors que Robert s'endort, George se rend à Audley.

 

C'est la dernière fois que George Talboys sera vu.

Que s'est-il passé ? Où est George ? Est-il toujours vivant ?

Autant de questions qui perturbent beaucoup son ami Robert.

Et si personne ne semble s'en inquiéter ce n'est pas son cas.

Robert veut savoir le fin mot de l'histoire.

 

 

 

MON AVIS :

 

Il est facile de deviner que deux personnages forts ressortent de ce roman. Deux personnages autour desquels tourne toute l'histoire.

Et non, il ne s'agit pas de George Talboys, même s'il est très important à l'histoire.

 

Les deux principales personnalités sont celles de Robert et Lucy.

Leur évolution au fil des pages est flagrante est très importante.

 

Robert est un jeune homme sans aucun souci financier qui s'est choisi la profession d'avocat parce qu'il fallait bien qu'il soit établi, mais jamais ce dernier n'a plaidé.

Sa vie est faite de lecture, de bons repas et de rencontres avec ses amis.

Robert se laisse vivre, il coule des jours tranquilles et ne s'inquiète de rien ni de personne.

Je dirais qu'il est le type même de l'anglais très flegmatique.

Non pas qu'il soit égoïste, loin de là. De plus il éprouve une réelle affection pour son oncle et sa cousine qui sont sa seule famille. Mais rien n'inquiète jamais Robert.

 

Lucy Graham/Audley c'est autre chose.

Cette jeune femme est relativement mystérieuse. Nous ne savons que peu de choses sur son passé, mais tout le monde semble d'accord sur un point : elle est merveilleuse.

Que ce soit des personnes d'un certain statut  comme le médecin chez qui elle est engagée comme institutrice, ou bien le pasteur, les commerçants, les enfants ou encore les pauvres, les personnes âgées du village.... chez tout le monde Lucy Graham fait l'unanimité.

Louanges sur louanges. Lucy est merveilleusement gentille, tendre, attention, pleine de bonté et de douceur.

Et ce qui ne gâte rien, d'une beauté extraordinaire. Un ange blond.

On comprend d'autant mieux comment et pourquoi sire Audley est tombé amoureux.

A la suite de son mariage Lucy, devenue milady de part son rang, continue d'enchanter tout le monde et de ravir le coeur des hommes.

Mais toujours parfaite, jamais milady en fait de faux pas.

 

Et puis petit à petit, Robert et milady changent.

L'un se réveille et devient plus fort. Il s'est trouvé un but (ce qui l'étonne lui même pour le coup) et ne changera pas d'avis.

Pour découvrir la vérité, il va devoir enquêter, faire son métier d'avocat, remuer de sombres secrets et faire des découvertes dangereuses non seulement pour lui même, mais aussi pour des proches.

Va t-il aller jusqu'au bout et risquer de blesser des personnes qui ignorent tout de ces démarches ?

Va t-il risquer de briser des vies ?

 

L'autre, doucement mais sûrement se révèle manipulatrice, secrète, machiavélique.

Au fil des pages, le vrai visage de milady apparaît. Derrière cette beauté se cache un monstre d'égoïsme qui ne recule devant rien pour obtenir et garder ce qu'elle a.

 

Si Robert se présente souvent comme un sot naïf qui bêtement ne cesse de dévoiler ses plans et ses preuves, la partie adverse est bien plus maligne.

 

Milady est rusée et sait se servir de son physique et de sa condition de femme. Rien ni personne ne lui résiste.

Même Robert, bien que fortement déterminé, se laisse aller à une certaine pitié.

 

Cette femme est une diablesse, on la déteste, mais le personnage est si bien fait que l'on ne peut que saluer sa performance.

 

Dans ce roman tout est évident.

On voit clair dans le jeu des personnages mais surtout on voit les choses arriver de loin.

Les faits sont gros comme une maison et le lecteur n'est pas surpris.

 

Cependant, l'écriture de Mary Elizabeth Braddon est tellement agréable que ce n'est finalement pas gênant de tout deviner.

Je me suis laisser porter au fil des pages et j'ai suivi la course des personnages pour mon plus grand plaisir.

 

La fin est digne d'un roman à l'eau de rose mais après tout quelle importance ?

 

Ce livre n'est pas inoubliable mais permet de passer un agréable moment de lecture.

Victoria.jpg

Commenter cet article

Choupynette 28/12/2011 12:26


j'avais beaucoup aimé Sur les traces du serpent, lu il y a deux ans. J'ai Henry Dunbar dans ma pal.

hydromielle 01/01/2012 21:16



A l'occasion j'en lirais bien un autre, j'ai aimé son style



Cryssilda 21/12/2011 20:26


Je l'ai lu il y a longemps et j'avais bien aimé. Du roman à l'eau de rose tu dis ? Vraiment??

hydromielle 21/12/2011 20:58



Non non, pas le roman en entier, seulement la fin qui fait très "tout fini bien pour tout le monde dans le meilleur des mondes"



maijo 21/12/2011 20:25


Ça fait tellement longtemps que je l'ai lu, ce roman! J'en garde un bon souvenir.

hydromielle 21/12/2011 20:57







Archives

À propos