Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Feb

Le château

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures étrangères

le chateau

 

"Le château" de Franz Kafka

 

Poche - 391 pages - 5,10 euros

 

Note : 06/10

 

Quatrième de couverture :

 

Quelle singulière mission, quel puissant appale ont pu fixer l'énigmatique M. K. qui se dit arpenteur sur les terres du comte Weswest ?

L'auberge du village enneigé où il échoue par un soir d'hiver sera-t-elle désormais le visage de son destin ou l'ultime étape vers ce monde du Château qui semblent aimanter ses rêves ?

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Il est tard et K a fait une longue marche dans la neige pour arriver jusqu'au village.

La nuit est épaisse et froide.

Et K est fatigué. Aussi se dirige t-il vers l'auberge.

 

Aucun lit n'est disponible mais K est si fatigué qu'il s'allonge à même le sol et s'endort.

Peut lui importe, du moment qu'il peut se reposer et être au chaud.

 

Mais le repos sera de très courte durée car il est rapidement réveillé par un homme qui se présente comme le fils du gouverneur du château et lui annonce que dans ce village personne n'est autorisé à passer ne serait-ce qu'une nuit sans une autorisation expresse du château. Or K ne semble pas en avoir. Ou alors il ne l'a pas encore présenté.

 

Mais K assure être ici à la demande du Comte et donc du château.

Il a été engagé comme arpenteur et entend bien avoir un peu de respect !!

 

 

MON AVIS :

 

Alors là !!

Plus tortueux tu meurs.

 

Ne nous voilons pas la face, ce roman n'est pas facile à lire.

Il est étrange, surréaliste et parfois carrément incompréhensible.

 

Le personnage principal, K, n'est pas particulièrement attachant et je ne suis pas certaine d'avoir bien compris ce que me racontait cette histoire.

 

J'ai peiné pour le lire, il m'a fallu plus d'une semaine alors qu'il fait tout juste 400 pages, je me suis arrachée les cheveux par moment et me suis demandée si mes neurones n'étaient pas partis faire une balade.

 

Mais........

Etrangement j'ai bien aimé.

Si ce n'est pas un livre que je recommanderais (parce que véritablement trop étrange), c'est en tout les cas un livre qui restera dans ma mémoire.

Le genre de livre qui ne serait pas dans un top 10 de nos préférés mais qu'il serait tout de même impossible d'oublier.

 

C'est sans doute là l'une des forces de Kafka : écrire quelque chose de tellement tordu que s'en est inoubliable.

 

Si je ne m'abuse, le gros du roman concerne l'administration.

Cette énorme "machine" par laquelle K est obligé de passer mais où il est impossible d'avancer.

 

Durant tout le livre, K va courir après un certain Klamm afin de régulariser sa situation.

 

Klamm plane constamment sur le livre, sur tous les personnages, l'auteur en parle beaucoup, tout tourne autour de lui et pourtant personne ne semble vraiment le connaître.

Limite personne ne semble l'avoir vraiment vu.

 

On dit que telle ou telle personne l'a vu. Mais est-ce vrai ?

Frieda était sa maîtresse. Mais était-ce vraiment Klamm ? Car l'a t-elle réellement approché ?Finalement même elle ne le sait pas.  Le fait de lui porter une bière fait-il de Frieda sa maîtresse ?

Déjà rien que là, on a envie de s'arracher les cheveux.

MAIS C'EST QUI CE KLAMM ?

 

Pourquoi se cache t-il ? Il s'arrange toujours pour ne jamais être vraiment vu. Il est présent, mais comme un fantôme. Une ombre. Une ombre qui détient le pouvoir puisqu'il a l'oreille du château.

Mais finalement qu'en sait-on ? Puisque personne ne lui parle, qu'a t-il vraiment fait.

Est-il déjà intervenu pour un membre du village auprès du château ?

Qui a décrété que Klamm était une sorte d'autorité suprême ?

 

Et Frida ? Parce que son regard à croisé celui de K ils sont fiancés !

Elle quitte son emploi (et donc son rôle de maîtresse de Klamm) et reste auprès de K.

 

K n'ayant pas réussi à régulariser sa situation d'arpenteur, prend un emploi de gardien à l'école et les voilà qui habite dans une salle de classe.

 

Toutes les situations sont irréelles en fait.

Les dialogues complètements ahurissants.

Et les personnages bizarres.

 

Je ne sais même pas comment décrire tout ça car je ne suis pas certaine d'avoir bien compris.

 

La structure même du roman est peu commune.

Les phrases sont longues, terriblement longue..... on peut se retrouver avec une page pour une phrase.

 

Les dialogues ne vont pas à la ligne, ils se suivent.

Il y a Dieu merci quelques chapitres, ce qui permet de faire des poses.

 

Mais en dehors de ça, le roman est construit en un seul bloc.

 

Cerise sur le gâteau : il est inachevé.

 

Il se termine sur cette phrase : Elle tendit à K une main tremblante et le fit asseoir à côté d'elle, elle parlait avec difficulté, on avait du mal à la comprendre, mais ce qu'elle dit

 

Au final on ne saura jamais ce qu'elle dit.

Pas plus qu'on se saura ce qu'il va advenir de K.

 

Ce roman n'apporte absolument aucune réponse.

En revanche il pose des tonnes de questions.

Dont, à mon sens, la plus importante : pourquoi K reste t-il dans ce village ?

 

Si je devais choisir un mot pour décrire ce roman je dirais sans doute "absurde".

Mais pas absurde dans le sens débile ou stupide. Absurde plutôt pour incroyable, incompréhensible.

 

Après avoir lu "Le château", lorsque j'utiliserais l'expression "c'est kafkaïen", elle aura une tout autre dimension pour moi.

vrai logo

Commenter cet article

Archives

À propos