Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Jun

L'héritage Boleyn

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Historique

L'héritage Boleyn

 

 

"L'héritage Boley" de Philippa Gregory

 

Broché - 449 pages - 23 euros

 

Note : 7,5/10

 

Quatrième de couverture :

 

1536. Henri VIII d'Angleterre a fait décapiter pour adultère, inceste et haute trahison sa deuxième épouse, Anne Boleyn, qui n'a pas enfanté l'héritier mâle qu'il espérait. Quelques jours plus tard, il épouse Jane Seymour, qui lui donnera un fils - le futur Edouard VI - mais décèdera en couches en 1537. 1539. Le roi se marie avec Anne de Clèves - faire alliance avec les Protestants est d'une importance stratégique. D'abord éblouie par les fastes de la cour, la nouvelle reine se sent vite prise au piège. Et surtout menacée par la très jeune Catherine Howard, nièce de l'ambitieux Thomas, duc de Norfolk... Pourra-t-elle échapper à l'héritage funeste ?

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Après la mort de Jane Seymour, Henri VIII désire se remarier.

Afin de choisir son épouse, il commande les portraits de plusieurs jeunes filles de nobles familles pour faire son choix.

 

Depuis la mort de son père, Anne de Clèves vit sous l'autorité de sa mère mais surtout sous celle, tyrannique, de son frère Guillaume.

Afin de conclure une alliance avec l'Angleterre, celui-ci réussi à marier Anne à Henri.

Et c'est sous les conseils et les menaces de disgrâce si son comportement n'est pas irréprochable, qu'Anne se rend en Angleterre.

 

Jane Boleyn était l'épouse de George, le frère d'Anne.

Lorsque ces derniers ont été accusés puis tués sur ordre du roi, sous divers chefs d'accusations, notamment celui d'inceste, Jane fût l'un des principaux témoins à charge.

Espérant sauver son époux elle confirma les accusations espérant que le roi comprenne que tout était du fait d'Anne.

Que comprenant que George n'était qu'un jouet pour Anne, le roi l'épargnerait.

Erreur.

Sauvant de justesse sa propre tête, son titre et l'héritage de la famille, Jane s'est éloignée de la cour.

Mais lorsque son oncle la rappelle afin de vivre aux côtés de la nouvelle reine, Jane voit là une façon de réhabiliter son nom, celui  de son époux mais aussi l'occasion de reprendre une vie "royale".

 

Catherine Howard est une jeune fille. Une toute jeune fille.

Frivole, aguicheuse, légère et superficielle, elle n'en revient pas de l'honneur qui lui est fait.

Son oncle, le duc de Norfolk souhaite la voir à la cour où elle prendra place auprès de la nouvelle reine, Anne de Clèves, pour y être une de ses dames de compagnies.

Mais l'ambition du duc ne s'arrête pas là.

 

Mon avis :

 

Chaque chapitre de ce roman est "écrit" par l'une de ces trois femmes, ce qui permet au lecteur de suivre non seulement l'Histoire mais leur histoire personnelle.

 

Anne de Clèves

Après avoir été humiliée et malmenée par son frère, elle le fût par le roi. Rejetée dès le départ, il était évident qu'elle n'avait aucune chance de garder le trône. Il ne lui restait plus dès lors qu'à tenter de sauver sa tête.

Parfois naïve, surtout au début, elle prend vite de l'assurance.

Son caractère n'est pas si faible qu'il y parait.

De plus, elle réussi tout de même à se faire apprécier, que ce soit par le peuple ou par les enfants du roi.

Même Henri finalement l'épargnera.

 

Jane Boleyn

Monstrueuse et diabolique ? Ou bien pauvre chose manipulée ?

Je pense plutôt qu'elle a toujours su ce qu'elle faisait mais qu'elle a en revanche toujours refusé de le reconnaître.

Quelle femme serait assez bête pour trahir son époux, témoigner de choses horribles contre lui et puis prétendre ne pas être au courant de ce qui arriverait ?

Visiblement elle signa également un document incriminant Anne de Clèves dont elle se prétendait l'amie.

Et elle joua un rôle pour le moins douteux dans ce qui arriva à Catherine.

 

Catherine Howard

Petite dinde sans cervelle.

Les passages concernant ce personnage sont effarant de superficialités. Mais tout à fait réalistes pour une gamine de 15 ans se voyant propulsée reine.

Catherine n'hésite pas à se vendre pour des robes, des bijoux ou des terres. Persuadée de son incomparable beauté et avec une cervelle vide, Catherine semble n'avoir pu épousé Henri VIII que grâce à sa poitrine et sa faculté à lui faire croire qu'elle le pensait beau et excitant.

 

L'auteur précise clairement à la fin de son livre qu'il s'agit là d'une fiction, bien que les fait et les dates soient exactes.

Elle précise également  qu'Anne de Clèves et Catherine Howard sont deux des épouses d'Henri VIII dont on ne sait pratiquement rien.

 

J'ai beaucoup aimé la façon dont Philippa Gregory décrit la vie à la cour, avec toutes ces manipulations constantes, ce jeu de chaises musicales. On s'y croirait.

 

Ce roi naguère si beau, si vaillant et si intelligent, devenu monstrueux, gras, puant, purulent, repoussant mais surtout fou.

 

Devenu tyran, Henry VIII édictait les lois, la religion mais entendait également régenter la vie même de tous ses sujets. Jusqu'à leurs pensées.

 

Une chose approuvée le matin pouvait être annulée le soir même. Aucune constance dans ses décisions. Si ce n'est sa cruauté.

 

Les morts ont jalonnés son parcours à une vitesse incroyable.

Se lassant rapidement, il n'hésitait devant aucune atrocité, ne reculait devant aucune ignominie ni humiliation  pour faire disparaître ce (ou celui) qui le dérangeait.

 

La peur constante de déplaire à ce souverain lunatique et assassin habitait tout le monde.

Pas même ses plus proches collaborateurs ni ses favoris n'étaient à l'abri d'un coup de sang.

 

J'ai vu il y a quelques temps le film "Deux soeur pour un roi" et allez savoir pourquoi, lorsque j'ai ouvert le livre je n'ai pas pensé une seule seconde à faire le rapprochement.

 

Non pas que ça m'aurait empêché de le lire.

Mais plutôt que j'aurais commencé par m'acheter le roman "Deux soeurs pour un roi" qui est, de plus, sorti en poche.

 

Je n'avais d'ailleurs pas saisi qu'en fait, le film était tout simplement une adaptation.

Sinon, il est bien évident que j'aurais lu avant de voir.

 

Pas grave, je vais m'acheter ce petit bijou et tout faire à l'envers.

D'un autre côté, ce n'est pas comme si je ne connaissais pas l'histoire.

 

"L'héritage Boleyn" est une très bonne lecture dont je remercie Stephie.

 

 

Commenter cet article

anjelica 29/06/2010 12:52



En lisant ton billet, j'ai fait le rapprochement avec le film dont tu parles.


Film que j'ai d'ailleurs apprécié.



hydromielle 29/06/2010 21:23



Ben oui, vas savoir pourquoi moi non plus je n'y ai pas pensé tout de suite



caro 23/06/2010 15:44



Si tu veux, je peux te le préter ! deux soeurs pour un roi s'entend !!



hydromielle 23/06/2010 18:30



C'est gentil Caro. Mais celui ci comme il est en poche je vais me l'acheter. Mille mercis. Une autre fois (et un autre livre ) avec plaisir.



Stephie 23/06/2010 09:29



Je suis contente que tu aies apprécié cette lecture ;)



hydromielle 23/06/2010 18:29







laure 21/06/2010 10:58



Tiens je ne savais pas qu'il était sorti en VF. Je l'ai lu il y a qques semaines en Vo et l'écriture m'avait bien plu. j'ai complétement compatis avec Anne de Clèves, cette "vieille" fille qui
était tyrannisée par son frère, qui a été le pion sur un échiquier politique et religieux (mais bon pas tellement étonnant pour l'époque) et qui s'est retrouvée dans un pays dont elle ne
connaissait ni les coutumes, ni la langue et de plus elle avait des habits qui faisaient pales figures par rapport à la mode française qu'avait importé Anne Boleyn. Et en plus, elle rencontre son
mari dans des conditions rocambolesques !!!
Même solicitude pour Katy Howard, une jeune fille trop sensuelle qui voulait profiter un peu trop de la vie et qui épouse un vieux roi décadent, gros avec une blessure à la jambe qui
suinte....Beur kkk ! comment ne pas tomber dans les bras de T. Culpeper ??!!


Par contre, pas trop de sympathie pour Jane Boleyn, surtout que dans The other Boleyn Girl, elle m'était déjà antipathique , trop jalouse de sa belle-famille ett notamment de ses
belles-soeurs...Et là, elle nous la joue "ils me manquent, je les aime...." Et sa fin de vie...pitoyable !


Je ne sais pas si la traduction en VF est bien faite mais en anglais c'est hyper abordable. Et petite info pour la forme : Henry VIII peu de temps avant de décéder , voulait divorcer de sa femme
actuelle Katherine Parr pour reépouser Anne de Clèves. Il y a de grosses rumeurs comme quoi ils étaient amoureux et auraient même eu 2 garçons !!!



hydromielle 21/06/2010 19:11



Je ne savais pas pour la fin de vie d'Henri, mais dans le livre il est question pendant un moment justement d'un éventuel remariage avec Anne de Clèves.



Archives

À propos