Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 Jan

L'amant éternel

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Fantastique

L'amant eternel

 

"L'amant éternel" de J.R. Ward

La confrérie de la dague noire - Tome 2

 

Poche - 549 pages - 8 euros

 

Note : 08/10

 

Quatrième de couverture :

 

Une guerre fait rage à l'insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ils sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. Rhage est le plus redoutable et le plus dangereux d'entre eux, car il est victime d'une terrible malédiction : son démon peut s'éveiller à tout moment et mettre en péril ceux qui l'entourent.
Pourtant, lorsqu'il est un jour chargé de la protection de Mary, une humaine, Rhage voit en elle son destin et son salut.
Quant à Mary, atteinte d'un mal incurable, elle a depuis longtemps cessé de croire au destin ou aux miracles, et la vie éternelle n'est à ses yeux qu'une douce illusion. Tout va changer lorsqu'elle rencontrera les guerriers de la Confrérie... et surtout Rhage.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Mary est jeune. Elle pourrait avoir la vie devant elle.

Elle travaille dans une étude d'avocats et régulièrement elle répond au téléphone sur une ligne SOS suicide.

 

Mais Mary n'est pas heureuse.

Elle vit avec le douloureux souvenir de la mort de sa mère. La maladie de cette dernière a été très longue et à sa mort, Mary y a perdu une partie d'elle même.

 

Quelques années plus tard, elle apprenait qu'elle aussi était malade. Une leucémie.

Après de difficiles mois de traitements avec entre autre de la chimiothérapie, Mary est devenue très fragile.

Son corps garde des stigmates et sa santé est précaire.

 

Et rien ne lui dit que la maladie ne reviendra pas.

D'ailleurs, ce jour là, elle a un message de son médecin lui demandant de téléphoner pour prendre un rendez vous.

Mary sait. Elle sent au plus profond d'elle même que la maladie est revenue.

 

Doit-elle baisser les bras ?

Ou va t-elle encore se battre ?

Bella sa voisine et amie aimerait l'aider mais ne sait que faire.

 

Et ce jeune garçon muet, John, semble vraiment avoir besoin de son aide.

 

 

MON AVIS :

 

Le second tome de "La confrérie de la dague noire" est consacré à Rhage.

L'un des plus beaux vampires de la Confrérie.

D'un autre côté, pas facile de les "classer" par ordre de beauté physique car ils semblent tous vraiment très très beaux.

Cela dit, les descriptions concernant Rhage sont très alléchantes.

 

On comprend dès lors que Mary ne voit pas du tout pourquoi une telle gravure de mode, qui n'a même pas besoin de bouger pour avoir toutes les femmes qu'il souhaite, s'intéresse à elle.

 

Elle n'y croit tellement pas, qu'elle passe pratiquement tout le début du livre à lui dire d'arrêter de se foutre d'elle.

Ensuite elle n'ose pas lui dire ce qu'elle pense ni lui ouvrir son coeur.

Ce qui, au bout d'un moment est tout de même un petit peu énervant.

J'aurais aimé qu'elle se livre un peu plus vite.

Qu'elle veuille se protéger et être forte, je peux très bien le comprendre. Mais arrive un moment où il faut lâcher prise.

Sa force de caractère fait d'elle ce qu'elle est. Les épreuves traversées l'ont forgées et lui on donné un aplomb qui va bien lui servir lorsqu'elle sera au sein de la Confrérie parmi tout ces guerriers.

 

Rhage n'est pas, au premier abord trop désagréable.

Il a surtout une réputation. Mais on se rend vite compte que cette réputation, bien que méritée, n'est pas ce qu'il est vraiment.

Depuis qu'il a "contrarié" la Vierge Scribe, cette dernière lui a jeté une malédiction pour qu'il apprenne à contenir ses pulsions.

A chaque fois qu'il perd le contrôle, la Bête fait surface.

Rhage se transforme (littéralement) en une sorte de dragon qui détruit tout. Et mange tout.

Même ses frères s'éloignent de lui lorsqu'il se transforme car dans ces moments là, il ne fait pas de distinction.

Si dans la vie de tous les jours, ils n'ont pas peur les uns des autres, ils savent tous que si un combat entre eux éclatait, Rhage n'en ferait qu'une bouchée.

 

Pour contenir la bête, le vampire n'a que 2 solutions : se battre ou avoir des relations sexuelles.

Et Rhage semble autant aimer l'une que l'autre de ces solutions.

 

D'où sa réputation de bête sexuelle.

 

Mais au fil des pages, l'auteur nous en apprend beaucoup sur son personnage et l'on se rend compte qu'il n'aime pas du tout ce que la Bête l'oblige à être.

Derrière ce masque de guerrier se cache un homme qui subit.

 

Et sa rencontre avec Mary va changer la donne.

Il va se livrer de plus en plus mais se trouver bien souvent face à un mur.

Il pourrait laisser tomber, mais non, il continu encore et encore. Il n'abandonne pas.

Il est a-mou-reux.

 

C'est là que Mary m'énervait parfois.

Les preuves de son affection, son attachement pour elle ne cessaient de se multiplier et elle, elle continuait à rester fermée, à refuser.

 

Ce que Rhage fait pour tenter de dompter sa bête et être avec elle me sert le coeur.

Tout ce qu'il fait, ce qu'il traverse pour être avec elle, me sert le coeur.

 

Leur couple est beau et émouvant je trouve.

 

La maladie de Mary rend toute cette histoire d'amour encore plus belle. Le temps joue contre eux, on sent bien qu'ils en souffrent beaucoup.

 

Les autres vampires sont présents comme pour le premier tome, mais reste éloignés de l'histoire.

Chaque tome est vraiment centré sur un personnage de la Confrérie.

 

Cependant, une allusion faite concernant Tohrment m'a toute chamboulée !

 

Les passages concernant les éradiqueurs m'ont agacés.

J'aurais voulu que l'histoire soit uniquement centrée sur les vampires.

Heureusement, ces passages ne sont pas trop nombreux.

Et ils ont leur importance. Surtout pour le tome 3.

 

L'écriture est prenante, l'histoire émouvante et bien d'autres choses encore.

Et surtout la traduction est bien meilleure.... fini les tournures de phrases toutes bizarres et les négations inexistantes.

 

Les livres sont épais mais se lisent vraiment très vite, tant on est pris dans le tourbillon de ces histoires peu banales.

 

 

A LIRE :

 

L'amant ténébreux

 

 

Commenter cet article

yueyin 11/01/2011 22:24



Moi aussi je toruve les passages avec les eradiqueurs un peu trop présents... mais j'ai aimé aussi et le suivant apreil et j'imagine que j'aimerai les suivant mais bon je ne suis pas sûr qu'ils
ne pourraient pas être un rien plus court en suprimant une ou dux tergiversations :-))))



hydromielle 12/01/2011 14:10



Ben l'auteur pourrait supprimer les éradiqueurs ?



pom' 10/01/2011 08:36



je vais me laisser tenter


bonne année 2011



hydromielle 10/01/2011 09:39



Bonne lecture alors


Et bonne année à toi également



Archives

À propos