Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 Aug

Mariage blanc

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures étrangères





"Mariage blanc" de Catherine Palmer

Poche - 344 - 5,15 euros

Note : 03/10

Harlequin collection Prélud'


Quatrième de couverture
:

Epouser Brock, cet " ami " qui a causé la perte de Todd,
son mari ? Accepter de profiter de sa fortune, comme il le lui propose, et le laisser prendre soin d'elle? D'abord révoltée, Mara refuse : elle ne veut pas donner à Brock la chance de se racheter du mal qu'il a causé. D'autant qu'elle ne l'a jamais apprécié, cet homme trop sûr de son charme et du pouvoir que lui confère l'argent. Seulement voilà, elle est enceinte. Enceinte, veuve et sans un sou. Si elle repousse Brock, elle ne tardera pas à se retrouver à la rue, avec son bébé. Quelle mère ferait passer son orgueil avant le bonheur de son enfant ? Pas elle, en tout cas. Alors, ravalant sa colère et sa fierté, elle décide d'accepter la demande en mariage de Brock. Mais elle fixe deux conditions à leur contrat : Brock n'aura jamais aucun droit sur le bébé ; et elle ne partagera jamais son lit.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Brock et Todd sont amis depuis plus de 17 ans.
Beaucoup de choses les sépares. Brock est aussi beau que riche (fatalement ! Chez Harlequin l'un de va pas sans l'autre, le mâle est toujours pété de thunes et beau comme un Dieu), à la tête d'une entreprise et d'un ranch, il gère le tout d'un main de maître (et ouiiiiii, la fée de la gestion s'est également penchée sur son berceau). Cavaleur et serial séducteur ("serial séducteur" ne veut rien dire, mais j'avais envie de le placer), Brock tombe les filles sans jamais s'attacher (déficience sentimentale sans doute ?).
Todd lui, s'occupe de rénover de vieux forts.
Marié à Mara depuis plusieurs années, il est beaucoup plus sage que son ami (mais moins beau et surtout moins riche).

Mais comme tout le monde le sait, les opposés s'attirent. Même en amitié.
Brock et Todd ont une passion commune, l'escalade.
Tout deux sont relativement doués (chez Harlequin on sait tout faire), surtout Brock.
Mais ce jour là, la mort est au rendez-vous !

Au moment de redescendre, un problème survient, Todd glisse et s'écrase au sol.

Mara qui n'a jamais apprécié Brock (on ne saura jamais vraiment pourquoi, si ce n'est que c'est mieux pour l'histoire), accuse ce dernier d'avoir causé la mort de son époux (?).

Quelques temps après la mort de Todd, Brock découvre qu'en plus de ses ennuis financiers, Mara est enceinte de son meilleur ami (Harlequin a une conception de l'amitié plutôt étrange puisque le meilleur ami n'est pas au courant que son pote allait devenir papa et qu'il envisageait de demander à Brock d'être le parrain).

Ni une ni deux, Brock débarque chez Mara (Brock n'a peur de rien, c'est un justicier !) et lui annonce qu'il va tout prendre en charge. Hors de question qu'il laisse la femme de son ami dans le besoin.
Pour ce faire, il va l'épouser et mettre tout son argent à sa disposition ainsi qu'à celle de l'enfant à venir (wouhow, Brock est top classe).

Mais Mara refuse ! Hors de question que Brock l'approche ! Il a tué son époux ! Elle ne veut plus le voir, ni jamais en entendre parler ! (Ouste, va t'en vilain Brock).

Mais plus les jours passent et plus Mara s'enfonce dans les dettes. Le propriétaire va bientôt lui demander de quitter l'appartement et elle sera à la rue. Comment faire ? Comment élever un enfant dans ces conditions ? On va lui retirer la garde de son enfant !!!

Alors Mara repense à la proposition de Brock et se rend compte que, finalement, ce serait une bonne solution.

Soudainement prise de contractions, Mara téléphone à Brock et lui donne rendez-vous à l'Hôtel de Ville pour que le mariage se fasse (sic).
Et c'est entre 2 contractions, que Mara Rosemond, devient Mara Barnett (sur ce coup là Harlequin, t'as pas assuré une cacahouète, c'est quoi ce mariage ? t'en as vu beaucoup des femmes qui se marient entre 2 contractions et en perdant les eaux ?).

Une fois les 2 "oui" fatidiques prononcés, Brock conduit en urgence Mara à l'hôpital où elle donne le jour à la plus belle petite fille que le monde n'ai jamais vu (hé ho Harlequin ! on se calme, ma fille aussi était la plus ravissante petite chose ayant vu le jour ! ). Dès le premier regard, Brock ressent un sentiment étrange envers cet enfant (ben voyons), une sorte d'attachement.

Lorsque Brock ramène Mara et Abby au ranch, tout est fait pour qu'elles se sentent comme chez elles.
Mara est délicieusement surprise par la décoration du ranch. Riche, soignée, faite avec beaucoup de goût (elle n'a jamais été auparavant chez le meilleur ami de son mari ? c'est quoi ces gens tout chelou ? et puis quoi ? elle pensait qu'il vivait dans un lupanar ?)

Un chef français est chargé de la cuisine (Harlequin, pitié, trop de cliché tue le cliché, les français ne passent pas leur temps à manger des escargots, des baguettes de pain ou des éclairs au chocolat !) et pourra répondre aux moindres désirs de Mara tant qu'elle n'aura pas envie de manger un hamburger (gné ?)

Une suite parentale l'attend à l'étage. La chambre d'Abby est splendide, le berceau est magnifique, il y a des jouets partout et surtout un adorable siège à bascule.
Plus tard, Mara apprendra que c'est Brock qui a fait ce siège pour elle. De ses propres mains (mon Dieu, mon Dieu..... mais alors..... cela voudrait dire.... que Brock n'est pas un monstre ? qu'il a beaucoup de goût et sait faire preuve de patience ? Ho damned !).

Les jours passent et Mara est toujours en colère contre Brock. Elle ne sort que très peu de sa chambre ou alors uniquement lorsque Brock est à l'extérieur.

Puis peu à peu tous les deux se parlent. Mais Mara refuse de lui pardonner la mort de Todd. Brock est responsable. Il a brisé sa vie et a fait d'Abby une orpheline.

De son côté Brock n'en peut plus. Il ne comprend pas les sentiments qui l'habitent (Brock est un peu neuneu).
Plus il voit Mara, plus il éprouve de désir à son égard. Son corps de rêve, ses seins gonflés de lait (pouark, Brock est un gros dégoutant), Mara est terriblement désirable et il la veut.

Un soir que Mara se trouvait dans la bibliothèque, des amis(es) de Brock sont venus le voir. Deux hommes et deux femmes, jeunes, belles, aguichantes, sexy ... dont l'une plus particulièrement, drague Brock. Mara ressent une bouffée de jalousie et ne se l'explique pas (Mara, t'es gourde ou quoi ?).

Quant à Brock, il réalise une fois de plus, en voyant Mara face à ses amies que cette femme est faite pour lui. Elle est bien plus belle, plus douce, plus intelligente (et en plus, comme elle se refuse à lui, c'est un super défit pour un type comme lui).

Pendant quelques jours, Brock et Mara vont jouer à je te veux, oui mais non, ha mais si, non ce n'est pas bien, si si je t'assure ça va être bien, non mais Todd est mort il n'y a pas longtemps, oui mais il voudrait que l'on soit heureux, non mais tu te rends pas compte, mais si d'ailleurs je vais te prendre là dans la neige dehors sur la route c'est vachement classe...... (Harlequin, faut arrêter ça TOUT DE SUITE, c'est relou).

Brock désire Mara. Il se rend compte qu'il est tombé amoureux d'elle. Mais pire que tout, il réalise qu'il est amoureux d'elle depuis le jour où Todd la lui a présenté (HEIN ?!) et qu'il l'a toujours désiré en secret (manquait plus que ça).

Mara croit en vouloir à Brock mais d'un autre côté, elle a terriblement envie de lui.
Elle est toujours amoureuse de son mari et continue de le pleurer, mais rêve de se retrouver au lit avec Brock (un peu légère la Mara ?).

J'arrête là, parce que franchement, même faire ce billet en essayant d'y mettre un peu d'humour, je n'y arrive pas.
Ce bouquin est mauvais. Mauvais en tout.
Les personnages sont cul-cul la praline comme pas possible.
Mara est une gourdasse à moitié débile et sous ses airs de grande dame rêve de s'en taper un autre.
Brock est le modèle type de chez Harlequin, le pauvre type qui jusqu'à présent n'avait jamais connu l'amûûûr et se rend compte qu'en fait il a envie de se faire la femme de son meilleur ami !

L'histoire est fadasse comme c'est pas possible et réunie tout ce qu'il y a de pire.

Et l'auteur doit faire un blocage sur la poitrine des femmes qui allaitent ! Elle passe son temps à raconter combien la poitrine de Mara, qui allaite sa fille, est terriblement sexy. Gorgée de lait.... le lait qui déborde.... le tee shirt mouillé de lait.... rien n'est épargné au lecteur.

J'ai pourtant souvenir d'avoir lu, ado, pas mal d'Harlequin et d'avoir aimé ça.
Et jusque récemment, j'achetais tous les Danielle Steel qui sortaient.
Alors quoi ? Que s'est-il passé entre temps ?
Les Harlequins des années 80 étaient-ils moins daubesques que ceux de maintenant ?
Au pire, il faudrait que j'en trouve un de ces années là pour faire un comparatif.

J'avais l'intention de jouer le jeu jusqu'au bout et de lire un Harlequin de chaque collection, mais là, je crois que je vais jeter l'éponge. Sinon je vais y laisser mes nerfs !
Autant le premier était marrant, autant là, j'hésite entre m'arracher les cheveux ou balancer le livre par la fenêtre !
Je pensais aller acheter un Harlequin de la collection Blanche, mais finalement, je refuse de perdre une fois de plus de l'argent dans un truc pareil.

Quelques morceaux choisis :

"... Super ! Mara, tu aurais pu me prévenir. Ca ne se fait pas d'accoucher en plein milieu d'un mariage. On ne donne pas non plus naissance à un enfant dans un 4x4. Il y a des choses qui se font et d'autres qui ne se font pas !..."

"... Il bondit hors du véhicule, en fit le tour et, manquant d'arracher la portière de ses gonds, il prit Mara dans ses bras et se rua dans les urgences comme un joueur de rugby marquant un essai.
- C'est un bébé ! cria-t-il à tue-tête. Ma femme est en train d'accoucher !..."

"... Elle cherchait à lui rappeler la scène de la salle de bains, mais cela ne le fit pas rire. Sans relever la plaisanterie, il plongea son regard dans ses irrésistibles yeux gris vert. Gênées, elle abaissa ses longs cils, battit des paupières, puis s'humecta les lèvres. Brock, troublé, dut se maîtriser pour résister à l'envie de dévorer sa bouche sensuelle..."

"... Pourtant, à la seconde où il avait appris sa présence, tel un étalon qui flaire une jument, il s'était précipité dans la salle à manger..."

"... Habitués à l'effet que Brock Barnett produisait sur les femmes, Joe et Travis ne s'en formalisaient pas. Dans leur groupe d'amis - jeunes hommes d'affaires pleins d'avenir qu'unissaient des intérêts bien compris - on pratiquait volontiers l'échange de partenaires en attendant de trouver un éventuel conjoint à son goût..."


Commenter cet article

Loula 31/08/2009 12:03

Je trouve le premier extrait assez excellent et je note que ça ne se fait pas d'accoucher dans un 4x4!!

hydromielle 31/08/2009 16:06


Ha ben non tu comprends, y'a des choses à faire et d'autres non


keisha 31/08/2009 09:19

Avec ces aventures harlequin, on souffre trop!!! j'ai terminé le deuxième dans le train hier, mais en diagonle. Tant pis.le tien est classique mais même pas drôle on dirait.

hydromielle 31/08/2009 10:36


Non c'est même carrément pathétique je dirais


Celsmoon 30/08/2009 00:50

Je passe ma belle :) un 3.5 ralalala je m'embête pas à l'ouvrir :)

hydromielle 30/08/2009 10:10


Tu as bien raison, ce serait du temps perdu !


Archives

À propos