Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 Jan

Il a jamais tué personne, mon papa

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures francophones



"Il a jamais tué personne, mon papa" de Jean-Louis Fournier

Poche - 150 pages - 3 euros

Note : 07/10


Quatrième de couverture :

C'est l'histoire d'un papa singulier, racontée par son fils sur le mode de la simplicité et de la naïveté. Un papa qui est docteur dans une ville de province, qui soigne des gens qui ne le payent pas mais lui offrent toujours à boire ; un papa qui finit ses journées fatigué et saoul, plus porté sur la bouteille que sur l'ordonnance ; un papa qui se cache derrière le piano de son cabinet, blagueur insupportable, à la fois j'menfoutiste et irresponsable, distrait, oubliant sa voiture dans un champ de betteraves ; un papa colérique qui menace de tuer la maman, "pas méchant, seulement un peu fou quand il avait beaucoup bu. Il a jamais tué personne, mon papa, il se vantait".

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Voici un livre bien petit.

Voici un livre bien beau.

Voici un livre bien touchant.

Voici une bien belle lettre d'amour finalement.

Une fois ouvert, ce roman fait parti de ceux que l'on ne referme qu'une fois terminé.
Pas avant.

Très peu de pages dans ce livre qui se lit très rapidement.
Mais en très peu de pages, l'auteur a tout dit.
Tout expliqué.

La façon dont l'enfant vivait l'alcoolisme de son père. Et la façon dont l'adulte a su l'écrire.

La vision d'un enfant qui ne comprend pas totalement toutes les implications.
La vision d'un adulte qui met un bémol et prend en compte les raisons qui font que....

De petits chapitres qui racontent une anecdote différentes.
Parfois émouvantes. Parfois drôles.

Ce petit garçon qui raconte que son père à foncé dans un troupeau de moutons, mais qui n'a pas touché le berger.
Qui raconte que les gendarmes aimaient tellement bien son papa que lorsqu'il prenait un sens interdit avec sa voiture, ils arrêtaient les voitures qui étaient dans le bon sens, le temps que son papa trace son chemin.

C'est en lisant ce genre de livre que je me rends compte qu'un roman n'a pas besoin d'être épais pour toucher son lecteur.

Ce livre est une sorte d'hommage à un père défunt. Un cri d'amour. Des souvenirs en vrac, de bons moments. D'autres qu'un gamin ne pouvait pas vraiment comprendre.

La dernière page du livre dit ceci :

"Mon père est mort à quarante trois ans, j'avais quinze ans. Aujourd'hui, je suis plus vieux que lui.
Je regrette de ne pas l'avoir mieux connu.
Je ne lui en veux pas.
Maintenant, j'ai grandi, je sais que c'est difficile de vivre, et qu'il ne faut pas trop en vouloir à certains, plus fragiles, d'utiliser des "mauvais" moyens pour rendre supportables leur insupportable."

Une fois n'est pas coutume, je mettrais dans mon avis un peu de ma vie personnelle.
Contrairement à Jean-Louis Fournier, je n'excuse pas l'alcoolisme.
L'alcoolisme d'un homme (mais en ce qui me concerne, il ne s'agissait pas de mon père) m'a brisé et à fait de ma vie un enfer avant que je ne décide d'en reprendre les rennes.
Ce n'est pas une chose excusable.

Mon papa à moi il n'a jamais tué personne non plus.
Mais lui même est décédé récemment des suites d'une longue maladie.
Bien que cela fasse maintenant presque 2 ans, j'ai toujours cette boule de douleur en moi.
Ce manque atroce. Mon premier gros chagrin. Un chagrin qui reste et qu'au fond de moi je ne souhaite sans doute pas vouloir partir. Souffrir encore, c'est le garder un peu avec moi.

Mais ce livre me donne une idée.
Coucher sur le papier mes propres anecdotes.
Me souvenir moi aussi de moments passés avec mon père.




Commenter cet article
J
<br /> <br /> votre blog est génial, c'est pour cela que j'ai mis un lien sur le mien vers le votre ! pourriez-vous faire de même ? merci !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> <br /> Merci pour le compliment.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> C'est grâce à ce livre que j'ai beaucoup aimé, que je rencontre votre blog !<br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> Merci et à une prochaine fois j'espère<br /> <br /> <br />
K
Ouh la! très émouvant ce livre, je le note doublement. Pour ton papa, courage, c'est long, c'est normal . Mon chagrin perso, même attendu, a été long, et laisse toi faire aussi, ne brusque rien.
Répondre
H
<br /> <br /> Comme tu le dis, on a beau le savoir, "l'attendre", ça n'enlève rien à la douleur. Et même si l'on croit l'être, en fait, nous ne sommes pas préparés.<br /> <br /> <br /> <br />
M
Voilà deux témoignages très émouvants. Celui de Jean-Louis Fournier (je ne l'ai pas lu mais d'après ce que tu en dis) et le tien. Tu as raison, l'alcoolisme fait des ravages, je l'ai vu, heureusement pas d'aussi près. Et le deuil, oui, c'est dur, on n'oublie jamais les personnes qu'on a aimées comme tu as aimé ton père. Même si la douleur s'atténue, il sera toujours là, dans ton coeur.
Répondre
H
<br /> Merci beaucoup Manu.<br /> <br /> <br />
T
Etre et paraitre, comment savoir sinon à se fier sur le paraitre.Personne ne mérite de menaces surtout pas celle à qui nous avons fais la promesse de la protéger toute une vie quelque soit ses actes ou son état.In vino veritas fait vraiment peur dans ces cas là.cordialement
Répondre
H
<br /> Je ne sais pas quoi te dire si ce n'est : Merci.<br /> <br /> <br />

Archives

À propos