Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 Jan

Les yeux jaunes des crocodiles

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures francophones




"Les yeux jaunes des crocodiles" de Katherine Pancol

Poche - 667 pages - 7,50 euros

Note  : 08/10

Quatrième de couverture :

Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l'histoire d'un mensonge. Mais aussi une histoire d'amours, d'amitiés, de trahisons, d'argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c'est la vie.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Antoine et Joséphine sont mariés depuis longtemps. Ils sont parents de deux filles, Hortense l'aînée et Zoé la plus jeune.
Joséphine travaille pour le CNRS. Elle fait des recherches.
Des recherches sur la vie au XIIème siècle.
Passionnée, elle connait tout sur tout et maîtrise le sujet sur le bout des doigts.
Antoine lui, traverse un moment difficile. Après avoir travaillé longtemps, en tant que cadre dans une entreprise d'armes où il effectuait beaucoup de voyage et gagnait très bien sa vie, il a été licencié.
Et le voilà, un an après, toujours au chômage, persuadé qu'un homme de sa trempe, de son niveau, ne peut pas accepter n'importe quel boulot.
Mais Joséphine en a marre ! Marre d'être la seule à bosser dans la famille.
Marre d'être l'esclave de ce petit monde incapable de lui dire le moindre "merci". Marre d'être invisible.
Mais surtout, elle vient d'apprendre une chose dont tout le monde semblait être au courant. Sauf elle bien entendu.
Antoine a une maîtresse.
Et un matin qui n'est pas fait comme un autre, une dispute éclate entre Antoine et Joséphine. La vérité est dite.
Et sur une impulsion, la douce, la tendre, l'effacée Joséphine, met son mari à la porte !

Iris est la soeur de Joséphine.
Belle comme pas permis. La préférée de la famille. De tout le monde. Même Joséphine l'adore et s'incline devant sa soeur.
Promise à une grande carrière, elle était au bord de la réussir dans le monde du cinéma aux Etats-Unis lorsqu'elle a rencontré son mari, Philippe.
Elle a tout quitté, tout arrêté pour revenir avec lui en France, l'épouser et avoir un enfant.
Iris est arrogante, pédante, prétentieuse, vis dans un luxe effroyable et se comporte comme une vraie peste.
Mais Iris s'ennuie. Elle qui est persuadée d'avoir l'esprit créatif, lance au cours d'un dîner mondain, qu'elle est en train d'écrire un livre sur le Moyen âge.
A table se trouve un éditeur, qui n'aura de cesse de lui en demander plus. Qui la fait promettre de lui faire lire ses premières pages et qui s'engage, là, tout de suite, à faire publier son livre.
Iris empêtrée dans son mensonge, continue de s'y enfoncer.

Ce ne sont là que les deux principaux personnages du livre.
En fait non, ce n'est pas tout à fait exact.
Il y a d'autres personnages principaux. Et puis il y a les secondaires.
Mais qui finalement sont tout aussi importants.

C'est un immense chassé croisé de personnages et de destins.
Ceux qui partent un peu plus loin que les premières pages, sont tout aussi importants, puisque après tout, sans leur présence à un moment ou à un autre, telle ou telle chose n'aurait pas lieu.

Chaque personne, chaque situation à son importance.

Il y a ceux que j'ai détestés, comme "le cure dent". Ce n'est pas une femme, c'est une aberration de la nature. Un monstre d'égoïsme et d'égocentrisme.

Iris est border line. Bien des fois je l'ai détesté elle aussi. Elle écrase les gens, sa soeur compris, comme on écrase les fourmies. Elle ne sait que mépriser. Usurper. Elle n'aime pas son mari, elle aime tout ce qu'il peut lui apporter. Elle n'aime même pas son fils, il lui est étranger.

Joséphine est sans conteste ma préférée.
Sans surprise d'ailleurs. Le roman est accès sur elle et c'est sur cette pauvre femme que la vie s'acharne.

Mais Joséphine courbe le dos.
Elle sait encaisser les coups durs de la vie. C'est toute son histoire depuis sa naissance. Personnage insignifiant auprès d'une soeur adulée.
Ses enfants, surtout Hortense la méprise. Mais là encore Joséphine courbe le dos, elle continue de se battre.
De se battre pour eux. Elle se saigne aux quatre veines. Elle leur donne tout.
Joséphine s'oublie pour les autres. Depuis toujours.

Et puis au fil du livre, elle se redresse. Son dos est moins rond.
Sa naïveté toujours là, mais elle n'est plus aussi dupe qu'avant.
Elle prend un peu plus soin d'elle.
Elle se rend compte qu'elle existe en tant que personne à part entière.
Et décide de se prendre en main. Elle ne va pas tout changer. Joséphine est et reste une gentille personne, un peu trop gentille d'ailleurs, parfois limite.
Mais elle va changer de vie.

Tous finissent par changer. Par évoluer au fil de l'histoire.
Cette évolution se faire en douceur, mais elle à bien lieu.

Les méchants se font démasquer.
Les gentils sont enfin remarqués.

Dis comme ça, ça peut paraître idiot, j'en conviens.
Mais j'ai trouvé que Katherine Pancol avait su rendre tout ceci très vivant, très vrai.

Sa façon d'écrire, le sujet (les sujets) même de son roman sont intéressant.
Arrive un fatalement un moment du livre où le lecteur a vécu ce qu'il s'y passe.
Ou bien alors ses parents, des amis.....

Bon, tout le monde n'a pas pour voisine et meilleure amie Shirley et son fils Gary...

Mais en dehors de ça, les affres de la vie quotidiennes des héros du livre sont assez proches des notres.
Le mensonge, l'infidélité, les relations difficiles avec les enfants, les parents qui pleurent seuls le soir et sont tentés de baisser les bras, être obligé de se secouer pour ne pas sombrer, les questions existentielles...

Je pourrais évidemment dire que l'on devine pratiquement dès le début ce qu'il va se passer.
Comment vont tourner les choses. Et comment vont évoluer les personnages.
Il est clair que là dessus, tout est prévisible.

Mais la lecture n'en est pas moins bonne et agréable.
J'ai aimé me retrouver dans ce tourbillon de vies, des sentiments.

Je ne m'y suis pas ennuyée. Je m'y suis attachée.

Certes, je pourrais également dire que ce livre ressemble en beaucoup de points à "Ensemble c'est tout" de Gavalda, surtout dans la construction du roman, mais je n'en n'ai pas moins passé un bon moment de lecture.

Les ingrédients pris séparément sont fades, sans intérêts, voir convenus.
Les mettre ensemble n'est pas non plus la garantie de réussir quelque chose.
Et pourtant si.
C'est ce qu'a réussi Katherine Pancol.
Sans doute est-ce à cela que l'on reconnaît un bon livre ? Prendre un sujet "bateau", des personnages avec relief, d'autres sans, mélanger, inventer une histoire et lui donner vie.

Une vie que le lecteur suit page à page en se régalant.

C'est mon cas. Et j'en remercie l'auteur.

Commenter cet article
F
Je ne sais pas si je lirai ce roman, mais je l'ai offert il y a peu ...
Répondre
H
<br /> Pour ma part, comme la suite est enfin sortie en poche, je vais me faire un p'tit cadeau <br /> <br /> <br />
M
Mon impression face à ce livre est différente de la vôtre, je n'ai vraiment pas accroché avec ce livre. Juste avant j'avais lu Ensemble c'est tout, que j'avais aimé et j'ai trouvé de grandes similitudes avec Les yeux jaunes du crocodile mais ce dernier m'a un peu lassée. Il est encore dans ma bibliothèque et je pense le relire peut-être un our car j'en garde un vague souvenir.
Répondre
H
<br /> C'est vrai que comparé à "Ensemble c'est tout", il est un cran en dessous. Mais bon, perso ça allait, j'avais lu le livre de Gavalda lors de sa sortie, alors le temps<br /> a passé.<br /> <br /> <br />
K
J'ai beaucoup aimé celui-ci... mais pas du tout la suite, contrairement à la plupart des gens!  Mais bon, je suis bizarre, parfois!
Répondre
H
<br /> J'attend la suite en poche, mais tu n'es pas la seule à ne pas avoir appréciée la suite visiblement. Le charme est sans doute retombé.<br /> <br /> <br />
L
Ce livre est dans ma PAL et fait partie d'un de mes défis donc il sera lu dans l'année !!!
Répondre
H
<br /> J'ai hate de connaître ton avis sur celui ci.<br /> <br /> <br />
A
Il faudra que j'arrive à le caser un de ces jours
Répondre
H
<br /> Ab-so-lu-ment !<br /> <br /> <br />

Archives

À propos