Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Jul

Le vaisseau magique

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Fantasy


















"Le vaisseau magique" de Robin Hobb
Cycle "Les aventuriers de la mer" tome 1


Poche - 317 pages - 7 euros

Note : 08/10

Quatrième de couverture :

Les vivenefs sont des vaisseaux magiques liés à la famille qui les possède par des liens empathiques. Ces navires sont insaisissables, ils bravent les tempêtes, évitent les récifs, distancent les monstres marins, sèment les pirates... Et sont surtout l'objet de toutes les convoitises
Vivacia est la vivenef de la famille Vestrit. Le capitaine Ephron Vestrit est mourant et, parmi les siens, chacun ourdit complots et traîtrises pour s'approprier son vaisseau, car l'héritage d'une vivenef ne se transmet pas comme un legs normal. Et ce tandis que d'autres dangers se profilent à l'horizon : les serpents de mer qui infestent les océans se regroupent, et un ambitieux pirate aspire à unir ses pairs sous un seul pavillon : le sien..

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

A Terrilville se sont installées des familles de Marchants, dont la principale activité est sur mer.

La plupart des navires sont "normaux". Comme tous les navires que l'on peut croiser un peu partout.

Mais ce qui fait la richesse de Terrilville et surtout de certaines familles, se sont les vivenefs.

Ces navires exceptionnels sont fait d'un bois particulier, le "bois sorcier". Et ils se transmettent par le sang. Seul un membre de la même famille peut dirigier un tel vaisseau.

Les vivenefs sont liés par des liens empathiques à leur famille.
Afin de les éveiller, il faut trois générations de capitaine de la même famille rendant volontairement leur dernier souffle sur le pont du navire.
Ainsi, la vivenef grave en elle les souvenirs et le savoir de ses anciens capitaines.

Lorsque Ephron meurt, la vivenef de la famille Vestrit prend enfin vie. La figure de proue s'éveille. La peinture tombe et révèle une magnifique "femme" aux yeux verts.

Vivavia est née. Elle est enfin pleine et entière.

Althéa, la plus jeune des filles d'Ephron a su tisser des liens très particuliers avec Vivacia.
Alors même que Vivacia n'avait pas encore été éveillée, elles avaient très fortement conscience l'une de l'autre. Elles s'appartenaient.

Et selon toute vraisemblance, c'était à Althéa que devait revenir la vivenef.

Hors sa mère, pour des raisons financières en a décidé autrement.
Alors que son mari était aux portes de la mort, elle l'a persuadé du bien fondé de ses intentions et que la meilleure chose à faire était de donner la vivenef à leur fille aîné, Keffria et par là même, à son époux, Kyle Havre.
Certaine que celui-ci saurait mieux que la jeune Althéa, les sortir du gouffre financier dans lequel la famille semble sombrer inexorablement.

Vexée, trahie, troublée, jalouse, dépossédée, bléssée, meurtrie, choquée......... Althéa passe par tous ces sentiments lorsqu'elle apprend, sur le pont du navire, à l'instant même où son père meurt, à l'instant même où Vivacia prend vie, que le navire ne lui reviendra pas.

Elle ne comprend pas comment son père a pu accepter une telle chose. Comment sa mère et sa soeur ont pu lui faire ça. Lui prendre Vivacia. Une partie d'elle-même.

En conflit permanent avec son beau frère Kyle, qui non content de se voir remettre le vaisseau, lui interdit de monter à bord, Althéa décide de quitter sa maison et jure bien que d'une manière ou d'une autre, elle reprendra Vivacia.

J'avais un peu d'appréhension en commençant ce cycle car j'ai souvent lu, ici et là, que le premier tome n'était pas le meilleur et qu'il fallait persévérer.

Echaudée par certains des romans de Robin Hobb, je ne savais pas trop comment aborder cette nouvelle série. Mais j'étais tout de même assez pressée de la lire.

Et donc ? Et donc, j'ai adoré. J'ai tout de suite accroché.

Si le reste du cycle est aussi bien, je vais me régaler.

Pour moi, "Les aventuriers de la mer" sont de la même veine que "L'assassin royal".

L'écriture de Robin Hobb est toujours aussi plaisante. Je ne suis pas particulièrement fan de bateaux ni de mer, mais là, il n'en est pas encore trop question. Ce qui n'est pas plus mal finalement pour le premier tome. Cela m'a permis de me focaliser sur l'histoire et les personnages que l'auteur met en place.

Et quels personnages !

Althéa est fougueuse, pleine de vie. Elle sait ce qu'elle veut et surtout ce qu'elle ne veut pas. L'auteur n'a pas oublié qu'il s'agissait d'une adolescente et en a fait un personnage qui en a tous les travers. Mais que je ne peux m'empêcher d'aimer. Et pour qui j'éprouve beaucoup de compassion.

Kyle Havre, dès le début du livre m'a hérissé le poil. Je hais cet homme. Violent, méchant, misogyne et j'en passe.

En revanche, il y a deux autres personnages pour qui j'ai éprouvé de l'affection.
Il s'agit de Hiémain, le fils de Kyle et Keffria et donc le neveu d'Althéa, qui se retrouve, bien malgré lui au milieu d'une véritable guerre de famille dont l'enjeu n'est autre que Vivacia. Lui n'a rien demandé, il voulait juste retourner au temple où il était voué à devenir prêtre. Et le voilà embarqué sur un navire qui le repousse autant qu'il l'attire.

Et Brashen. Ancien second du capitaine Ephron, cet homme a dû se battre pour gagner ses galons et le respect de son capitaine et de l'équipage de Vivacia pour voir tout ceci lui être retiré par Kyle.
Sous ses airs bourrus, se cache un homme bon, un homme fort, droit et honnête.

J'ai vraiment beaucoup aimé la magie qui se trouve dans ce livre.
Dans "L'assassin royal", elle avait inventé le Vif et l'Art.
Et avec "Les aventuriers de la mer", elle nous donne des bateaux vivants. Des bateaux qui parlent, qui ressentent la mer. Des bateaux doués de sentients.

J'ai trouvé le passage où Vivacia "naît" particulièrement émouvant.

La force, ou une des forces, de l'écriture de Robin Hobb, c'est sa facilité à accrocher le lecteur pour ne plus le laisser repartir. De créer des mondes où l'on voudrait aller à la rencontre des personnages.

Avec Fitz je voulais posséder le Vif et l'Art.
Avec Althéa, je rêve d'un navire qui me parle, qui me comprenne mieux que personne.

Les grandes lignes du cycle sont tirées dans ce premier volume.
Le drame familiale, mais également des passages où il est plus particulièrement question de Kennit un pirate.
Pour le moment je ne sais pas quel sera son rôle dans l'histoire, mais j'attends avec impatience d'en savoir plus.

Il est également fait mention de serpents géants qui sillonnent les mers.
Et qui semblent particulièrement attirés par les navires qui transportent des escalves.

Je suis ravie de cette nouvelle lecture.
Commenter cet article

Iani 05/07/2008 12:13

Ravie que ça t'ait plu, et tu verras, la suite n'est que mieux ! (Ou en tout cas je trouve que c'est de mieux en mieux :) )

hydromielle 05/07/2008 21:02


Je n'en doute pas.


Archives

À propos