Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 May

Lunar Park

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures étrangères























"Lunar Park" de Bret Easton Ellis

Poche - 472 pages - 7,70 euros

Note : 07/10

Quatrième de couverture :

La gloire, l'argent, les femmes, les hommes, la drigue.... Avec son premier roman, "Moins que zéro", publié alors qu'il n'avait que vingt et un ans, Bret Easton Ellis a tout eu. Et en grande quantité ! Mais au bout de deux décennies d'excès, de succès et de controverses, l'écrivain tente enfin de s'assagir et de mener, avec épouse et enfants, la vie rangée d'un banlieusard chic. Or, une série d'évènements inquétants et inexpliqués viennent bientôt renverser ce fragile équilibre matériel et mental : une poupée qui parle, une maison qui déraille, des enfants qui disparaissent et le fantôme de Patrick Bateman, le tueur d'"American Psycho" qui rôde... Bret Easton Ellis croyait pouvoir échapper à ses démons : il lui faudra d'abord les combattre...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Bret a tout eu.

Le succès est arrivé sans crier gare, alors qu'il était étudiant.
Dès la publication de son premier roman, les millions se sont mis à tomber sur lui sans plus s'arrêter.
L'adaptation du roman, les émissions, les scénarios, les dérivés..... encore et toujours plus de succès et donc d'argent.
Et de fréquentations.

Il voulait échapper à son père, un homme visiblement tyrannique et qui faisait souffrir sa famille. Il en avait désormais les moyens.

Mais Bret Easton Ellis n'a pas choisi le bon chemin pour y échapper : drogues en tout genre, alcool, fréquentations douteuses.... pas de quoi avoir une vie saine, ni garder la tête sur les épaules.

Grisé par la célébrité, étourdi par son argent, ébloui par les acteurs qu'il fréquente, l'auteur se laisse entraîner bien volontiers dans un monde qui le tire doucement mais sûrement vers le fond.

Les lignes de coke n'en finissent plus, les litres de vodkas s'avalent à une vitesse vertigineuse et les femmes défilent dans sa vie à une vitesse prodigieuse.
Les orgies de toutes sortes rythmes sa vie.

Jusqu'au jour où il décide de se reprendre en main, de faire une cure de désintox et de renouer avec une de ses ex, une actrice célèbre.

Lors de sa précédente liaison avec elle, est né un garçon, Robby, qu'il a toujours refusé de reconnaître comme son fils, même après que des tests ADN aient prouvé sa paternité. Et après leur rupture, Jayne a eu avec un acteur, une petite fille Sarah.

Jayne et Bret se marient et s'installent dans la banlieue de New York, dans une superbe maison.
Bret est sobre et il est persuadé que ses nouvelles responsabilités d'époux, de père de famille, d'auteur et de professeur à l'université vont changer sa vie.

Mais chassez le naturel...... la drogue et l'alcool font de nouveau leur apparition dans sa vie. Insidieusement, tout doucement. Puis de plus en plus fréquemment.

Il sent que les enfants, surtout son fils le rejette, que sa femme l'aime mais pas pour les bonnes raisons et puis, il faut bien l'avouer, même s'il veut vraiment faire de son mieux, c'est plus fort que lui, il aime les narcotiques et les jeunes filles.

La petite vie tranquille qu'il pensait avoir trouvé, n'est pas une vie de roman.
Bien vite, il sombre de plus en plus et des choses étranges et effrayantes se passent dans sa vie.

Il est persuadé que la peluche de sa fille est vivante, il reçoit des mails en pleine nuit en provenance d'une banque qui est fermée à cette heure là, les meubles de sa maison changent de place, mais surtout, il est persuadé que Patrick Bateman, le personnage central de son plus gros succès littéraire est bel et bien vivant.

Ou tout de moins que quelqu'un pense être Patrick Bateman et agit comme Patrick Bateman.

Voilà un livre bien étrange...

Autobiographie ou pas ?  Grande question.

J'ai vu une émission où l'auteur était invité et lorsque le présentateur lui avait demandé s'il s'agissait vraiment d'un livre autobiographique, Bret Easton Ellis a volontairement laissé plané le doute, avec des "oui, mais.....", "au lecteur de le dire" etc... et autres phrases mystères.

Mon avis sur la question ? Les 50 premières pages sont sans doute la réalité, mais ensuite, il est parti du côté obscur de la force. Heu..... je veux dire : mais ensuite, il a fait son métier et nous a donc écrit un roman.

J'ai découvert cet auteur avec "American Psycho" et j'ai tout de suite adoré. Je me suis passionnée pour ce livre, je l'ai dévoré.

Un livre pourtant qui a fait scandale et a été l'objet de plaintes. Peut être faut-il avoir l'esprit tordu pour l'apprécier. Ce qui est mon cas, je ne m'en cache pas.

Un peu déçu tout de même par ce livre dont j'attendais beaucoup plus. Je pensais retrouver l'auteur que j'avais tant aimé et j'en ai rencontré un autre.

Il n'est pas mauvais, mais ce n'est plus le même.

Ce livre, bien que décalé et/ou déjanté, n'a rien à voir avec les autres.

BEE s'y livre beaucoup plus que dans les précédents. Bien qu'étant une fiction, il se base sans cesse sur des faits réels, des choses de sa vraie vie.

A t-il voulu faire de ce livre un exutoire ? Un journal intime fictif ? A t-il volontairement tronqué des morceaux de sa vie pour les livrer aux lecteurs, mais sans trop se dévoiler ? Partir d'une base réelle et y mélanger de la fiction délirante pour ne pas avoir à se mettre trop à nu ?

C'est réussi.
Tout au long du livre, je me suis demandée ce qui pouvait être vrai et ce qui ne l'était pas.
Ce qui relevait du délire d'un auteur camé et où se trouvait la petite partie de vérité.

Bien entendu qu'une maison ne pèle pas et qu'un jouet en peluche n'est pas vivant..... Quoique ....

Et c'est là je pense que réside une des prouesses de BEE, faire en sorte que tout au long du livre, le lecteur ne sache plus trop où il en est.

Un roman aux allures de ceux de Stephen King (ce qui, venant de moi est un véritable honneur), mais qui garde sa propre réalité.

Un bon moment de lecture, même si je pensais trouver quelque chose de bien plus trash, de bien plus dégueu, de plus sanglant... ce qui finalement fait passer ce livre pour un livre bien sage.

Mais néanmoins à lire.

Commenter cet article

florinette 21/05/2008 10:00

C'est le seul, pour l'instant, que j'ai lu de l'auteur et encore aujourd'hui j'en garde un très bon souvenir, mais ses autres romans me tentent moins...

hydromielle 21/05/2008 13:44


Disons qu'il a un style un peu......... particulier....... lol


" Charly " 19/05/2008 09:48

Bonjour amoureuse des livres.Un combat contre ses propres démons, ses propres faiblesses, saupoudré de fictions, peut mener bien loin et offre une infinie variétés d'histoires possibles. Plus c'est étrange, invraissemblable et pourtant proche de la réalité, plus c'est prenant.Je ne l'ai pas lu, mais je me laisserais bien tenter.Je reviendrai.Charly...

hydromielle 19/05/2008 10:44


Alors laisse toi tenter et reviens.
La porte est ouverte.


Karine 15/05/2008 14:12

Je garde un bizarre de souvenir de "American Psycho" et de "Less than zero" (qu'il faudrait que je relise d'ailleurs)... je ne sais pas si j'ai nécessairement le goût de renouer avec l'auteur... mais ça semble bien délirant... donc j'hésite!  Me prendrais-je pour une girouette, ce matin?? ;)

hydromielle 15/05/2008 20:16


A l'occasion, si tu croises son chemin... pourquoi pas ? lol


Archives

À propos