Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Oct

Extrêmement fort et incroyablement près

Publié par hydromielle  - Catégories :  #Lectures étrangères

51sMmAvjanL.-AA240-.jpeg
"Extrêmement  fort et incroyablement près"
de Jonathan Safran Foer


Poche - 460 pages - 7,60 euros

Note : 8,5/10

Résumé :

Oskar, 9 ans, est surdoué, ultrasensible, fou d'astrophysique, fan des Beatles et collectionneur de cactées miniatures. Son père est mort dans les attentats du World Trade Center en lui laissant une clé. Persuadé qu'elle expliquera cette disparition injuste, le jeune garçon recherche la serrure qui lui correspond. Sa quête désespérée l'entraîne aux quatre coins de la ville où règne le climat délétère de l'après 11-Septembre. 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Oskar est triste. Très triste. 
Son papa est mort. Il se trouvait dans l'une des deux tours du World Trate Center ce fameux 11 septembre. Celui que désormais, Oskar appelle le pire jour.

Depuis quelques temps, sa maman voit assez fréquemment Ron, un "ami". 
Ils écoutent de la musique, trop fort. Jouent au Scrabble. Et se fendent la pêche.
Oskar, ça lui fait de la peine. Ce n'est pas qu'il ne veuille pas que sa maman soit bien, non. Mais ça lui fait de la peine. Pour lui et pour son papa.

Du coup, ce qu'il appelle "ses semelles de plomb" sont encore plus lourdes.

Ce soir là, il a besoin de se sentir proche de son père, alors il se rend dans son dressing. Tout est là. Rien n'a bougé. Rien n'a été enlevé. Oskar peut encore sentir l'odeur de son papa.

Il touche ses tee-shirts, passe la main dans ses poches, enfile ses pantoufles...

Et là, il remarque une nouvelle chose. Un smoking posé sur une chaise. Il n'avait jamais vu se smoking auparavant, il ne se souvient pas d'avoir vu son papa, la veille au soir du pire jour, porter ce genre de vêtement avant de se changer pour se coucher.

Et qu'est-ce que c'est que ce vase bleu tout en haut du dressing ? En voulant l'attraper, Oskar le fait tomber et le casse.

A l'intérieur, une enveloppe et dans cette enveloppe, une clé. Une clé comme celle d'un coffre fort. Sur l'enveloppe un seul mot : Black. Ecrit à l'encre rouge.

Oskar ne dit rien de sa trouvaille à sa mère et dès le lendemain, il entame des recherches afin de savoir ce que signifie ce mot et qu'elle serrure peut ouvrir cette clé.

Le narrateur est donc un petit garçon de 9 ans, très intelligent et traversant sans aucun doute la pire période de sa vie. Il est entré dans un club où personne n'aime aller : celui de ceux qui ont perdu leur papa.

Jonathan Safran Foer a très bien su je trouve, retranscrire les émotions, les sentiments, la façon de penser d'un enfant. Sans tomber dans l'invraisemblance, ni la niaiserie.

Les paragraphes sont autant d'idées sans suite logique que peut avoir un enfant. Ca passe du coq à l'âne. C'est un peu l'anarchie. Ce qui peut paraître assez déroutant ou gênant au départ, mais l'on s'y fait vite. Après tout, c'est Oskar qui raconte, qui nous livre ses idées. Et peut importe de savoir dans quel ordre elles arrivent.

Ce petit garçon passe son temps à vouloir inventer des choses, comme des vestes en graines d'oiseaux, comme ça, les oiseaux viendraient picorer les vestes en voletant et ainsi l'homme pourrait voler.

Au tout départ, j'ai été un peu déroutée par certains chapitres qui n'avaient rien à voir (du moins le croyais-je) avec Oskar et qui étaient racontés par d'autres personnes. Et puis à mesure que j'ai avancé dans le livre, les choses se sont éclaircies et j'ai mieux compris. 

Ce livre m'a remué le ventre et les tripes. M'a fait pleurer. Je me suis sentie parfois tellement proche d'Oskar que j'ai eu plus d'une fois le sentiment qu'il arrivait à mettre des mots sur mes propres sentiments. Sur ma propre douleur. J'avais envie de serrer de ce petit garçon dans mes bras et de lui dire qu'on allait y arriver. Qu'on allait s'en sortir.

Cette histoire de semelles de plomb, je ne la comprend que trop bien.
Le fait qu'Oskar lorsqu'il a trop de peine, se fasse mal physiquement en se faisant des bleus, je ne le comprend que trop bien.
Se sentir si près et si loin de son papa, chercher tout et n'importe quoi, pourvu qu'on se rapproche de lui. Un mot, un stylo, une odeur, une voix.

Un livre si douloureux et si beau. Je pourrais en parler encore longtemps, mais au final, ce n'est plus du livre que je parlerais mais de moi. Alors quel intérêt ?

Lisez le tout simplement. 

J'ai relevé une jolie idée d'invention d'Oskar qui m'a bien plu :
"Un écoulement spécial qui serait sous tous les oreillers de New York et aboutirait au Réservoir. Chaque fois que quelqu'un pleurerait en s'endormant, les larmes iraient toutes au même endroit et le lendemain matin la météo pourrait annoncer si le niveau du Réservoir des larmes avait monté ou baissé, on saurait si New York porte ou non des semelles de plomb".

Et un passage qui m'a beaucoup touché :
"- Je vais enfouir mes sentiments profondément en moi
- Comment ça enfouir tes sentiments ?
- Même si je ressens les choses très très fort, je ne laisserai rien sortir. Si je dois pleurer, je pleurerai à l'intérieur, si je dois saigner, je me ferai un bleu. Si mon coeur commence à s'affoler, je n'en parlerai à personne au monde. Ca ne sert à rien. Ca ne fait que rendre la vie de tout le monde plus difficile.
- Mais si tu enfouies tes sentiments profondément tu ne seras plus réellement toi, non ?
- Et alors ?"
Commenter cet article

petitemartine 13/11/2008 10:50

Voilà, je viens de terminer le livre hier soir. J'ai même relu les 40 premières pages ce matin sous ma couette, tellement j'ai aimé, tellement c'est fort, riche et émouvant. La dernière page est tellement forte que je l'ai lue 3 fois avant de refermer ce petit bijou.En tous cas, MERCI Val de m'avoir fait découvrir ce livre.Sans toi, je serais passée à coté! Et je rectifie mon premier post : le livre est encore mieux que ton commentaire !!!Bonne journée !

hydromielle 13/11/2008 14:22


De rien et à ton service. Contente que le livre t'ai plu.


Praline 15/12/2007 15:46

Comme toi, ce livre m'a bouleversée.

hydromielle 15/12/2007 16:50

Il est particulièrement émouvant c'est clair.

chinook 15/10/2007 17:37

et voila ! a chaque fois que je passe par ton blog, ma LaL compte un livre de plus !je vasi me le procurer tres vite celui la

hydromielle 16/10/2007 16:36

Et ça va être de ma faute en plus lol

Florinette 11/10/2007 10:48

Je le lirais certainement en tout cas ton article donne envie !!

hydromielle 11/10/2007 15:43

Merci pour le compliment

petitemartine 10/10/2007 20:29

OUi, j'en rajoute une couche : ton commentaire est vraiment très émouvant... Si ça tombe, il est encore mieux que le livre !!!!! Sérieusement, ça m'a donné très envie de lire ce livre dont je n'avais (honte à moi ) même pas entendu parler... Merci pour ce commentaire !

hydromielle 10/10/2007 20:31

Merci à toi pour ces gentils compliments. Et je t'assure que le livre est vraiment très fort. Sans doute ai-je été touché encore plus fort par le thème et ma vie perso, mais c'est rééllement un livre à côté duquel il ne faut pas passer.

Archives

À propos